Togo, Préfecture d’Afagnan : Six jeunes sèment des troubles en plein conseil municipal devant un préfet

Les faits de corruption que nous avons révélés dans la préfecture du Bas-Mono seraient-ils à la base des troubles enregistrés mardi 30 juin et hier 2 juillet 2020 dans la commune d’Afagnan ?

Il nous revient qu’en plein conseil municipal mardi 30 juin, six jeunes se réclamant de ladite commune auraient joué aux Zorro, allant jusqu’à intimer l’ordre au maire de ladite commune d’arrêter les travaux au motif qu’ils ne seraient pas informés. Depuis quand la tenue des sessions des conseils de commune sont-ils portés à la connaissance de la population ? Hier jeudi était la date retenue pour la poursuite des travaux. Mais à la grande surprise des autorités communales, celles-ci ont assisté à un « bis repetita ».

« Mardi, le 30 juin 2020, au deuxième jour de la session ordinaire du Conseil municipal, six (6) jeunes natifs d’Afagnan, conduits par Monsieur Komi Touré Badjagbo ont fait irruption dans la salle du conseil intimant l’ordre au maire d’arrêter les travaux sous prétexte qu’ils n’en sont pas informés. Le même jour, un communiqué a commencé par être diffusé à la radio et d’autres invitations ont été encore lancées pour informer la population de la tenue de ladite session », relate le maire M. Djogbessi Anani dans un courrier adressé au préfet.

« Ce jeudi 02 juillet 2020, au 4eme jour, ces mêmes jeunes sont revenus à la charge, malgré les explications que je leur ai données en votre présence à la Préfecture. Ils sont ensuite descendus à la mairie pour perturber le bon déroulement des travaux proférant des menaces verbales accompagnées de bruits assourdissants empêchant les conseillers municipaux de siéger en toute quiétude et de débattre des problèmes réels de la commune. Je vous fais noter que les travaux se déroulaient portail, portes et fenêtres largement ouverts. J’ai dû faire appel aux forces de l’ordre, et malgré la présence de ces dernières qui ont tenté de leur faire entendre raison, ces jeunes ont persisté dans leurs actes », précise la note.

La bizarrerie dans cette affaire est que le maire aurait donné aux jeunes toutes les explications afin que le calme revienne. Mais chose très curieuse, ces jeunes ont fait la sourde oreille et continué à semer la zizanie. Quelle a été la réaction du Préfet devant cet état de chose ? C’est à croire que l’autorité préfectorale serait même derrière cet état de chose. Au point qu’un courrier lui a été adressé par le maire.

Pourquoi le Préfet n’a pas fait usage de son autorité pour restaurer l’ordre public ? Quelle est la relation qui le lie à ces six jeunes dont les noms suivent : Badjagbo Komi Touré ; Aglamey Ablam ; Agbeto Koffi ; Agbeto Dieudonné ; Sossou Kokou et Tebou Miglanhoun ?

Il semble que l’impassibilité du Préfet Sogbo Kokou serait en lien avec les révélations des magouilles qui se passent dans cette commune et que nous avons eu le malheur de révéler. Mais il y a une autre facette plus horrible de la gestion de ladite commune : la gestion des tickets. Bon à suivre.

Godson K.

Source : Liberté

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.