Togo-L’interdiction des visites de prisonniers risque de s’éterniser selon l’ASVITTO

ASVITTO interpelle le ministre de la Justice à œuvrer pour la levée de l’interdiction des visites dans les prisons. Ceci, en raison de la réduction du risque de contagion de la maladie du Coronavirus au Togo. Un plaidoyer lancé par l’organisation dirigée par Kao Atcholi dans un communiqué datant de ce jeudi 03 mars 2022. Par ailleurs, ASVITTO exhorte également les autorités gouvernementales à user de leurs prérogatives de remise de peine pour les détenus au Togo.

COMMUNIQUÉ DE L’ASVITTO

LIBÉRATION DE PRISONNIERS PAR GRÂCE PRÉSIDENTIELLE, UNE OCCASION MANQUÉE AU TOGO

La remise de peine de certains prisonniers de droits communs est un privilège dévolu au pouvoir exécutif, notamment le président de la République pour ce qui est du cas des législations dans plusieurs pays de la planète. En exemple, pour marquer la nouvelle année 2022, le président béninois a gracié plus de quatre cents (400) prisonniers, ce qui permet de facto d’alléger la surpopulation carcérale.

Au Togo, l’exécutif semble ne pas être concerné par cette occasion et le Chef de l’État n’en avait pas fait cas dans son allocution à la nation. Pendant ce temps, on note une surpopulation carcérale de 200 voire 300% dans les prisons du Togo. Même avec les projets de construction de nouvelles prisons, le problème de la surpopulation carcérale ne saurait être réglé sans l’application des mesures alternatives à la détention et l’utilisation de l’opportunité offerte par les grâces présidentielles.

Au vu des réalités que vivent les maisons et centres d’arrêt et des complications liées aux contraintes de Covid-19, il est important que les autorités gouvernementales allègent les charges que doivent supporter les prisons.

A cet effet, l’ASVITTO exhorte les autorités gouvernementales à user de leurs prérogatives de remise de peine pour alléger le joug amère de la surpopulation carcérale qui pèse sur les prisonniers.

L’INTERDICTION DES VISITES DE PRISONNIERS RISQUE DE S’ÉTERNISER : LES FAMILLES DES DÉTENUS DANS LA DÉSOLATION

L’interdiction des visites dans les centres et maisons d’arrêt a été l’une des premières mesures prises au début de la menace pandémique en 2020. Cette mesure qui avait officiellement pour objectif de protéger les acteurs internes et externes des prisons, a été consolidée avec la vaccination de tous les prisonniers sans oublier d’autres dispositions comme l’usage de cache-nez, de gels, les campagnes de désinfection des cellules, etc. L’exécution de tous les programmes a pu permettre de minimiser les risques de contagion aussi bien dans les prisons qu’à l’échelle nationale, comme le témoigne la levée de la plupart des restrictions liées à covid-19 par le gouvernement.

Cependant, les visites dans les prisons sont toujours interdites alors que toutes les circonstances militent pour la levée de cette interdiction. Il n’est pas inutile de rappeler la valeur de soutien moral que les visites des familles et proches sont pour les personnes privées de liberté, et c’est dans ce sens que l’ASVITTO interpelle le Ministre de la Justice à œuvrer pour la levée de l’interdiction des visites dans les prisons pour que les familles puissent apporter du réconfort aux prisonniers et un regain d’espoir doublé de soulagement aux familles et proches.

Fait à Lomé, le 3 mars 2022.

Pour L’ASVITTO

Le Président

ATCHOLI KAO M.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.