Togo / Au lendemain des législatives et régionales: Myriam Dossou et Edem Tengue peu à l’aise

0
82
Myriam Dossou et Edem Tengue

Au lendemain des élections législatives et régionales du 29 avril avec la myriade d’anomalies soulevées par certains candidats à travers le pays, le parti au pouvoir a inondé les médias dans une défense soporifique.

A entendre certains émissaires, c’est bien glaçant. Pour justifier le refus d’accréditation aux 500 observateurs volontaires de la Commission Episcopale Justice et Paix de l’Eglise Catholique du Togo, Edem Tengue ministre candidat UNIR Haho avance que « l’Eglise ne doit pas s’immiscer dans la politique ».

Une réaction qui montre clairement la posture étriquée de certains membres du parti UNIR très peu à l’aise dans leur rôle. « C’est l’église ou les citoyens membres de l’église ? Vous avez fait vos études où ? Qu’est-ce qui vous passe par la tête souvent ? Monseigneur peut être le Président de la CVJR qui a tranché les crimes et atrocités politiques ? Il suffit d’avoir un poste de responsabilité de ce pays et vous prenez la place de Dieu. Ce Dieu lui-même est trop patient sinon …. » fulmine Pasteur Edoh Komi, acteur de la société civile, candidat également aux élections et un autre concitoyen d’asséner « C’est une lecture très erronée. L’église a été appelée à résoudre des problèmes créés par les politiques. C’était quoi alors? Nos grands frères doivent arrêter cette mauvaise communication ».Doit-on rappeler à la religion du ministre Tengue le rôle de la Communauté Saint Edigio pour ramener le Président de l’Union des Forces de Changement Gilchrist Olympio dans le giron du pouvoir RPT en 2010 au Togo ?

Une maladresse peut cacher une autre. Au moment où Edem Tengue cherchait ses mots sur les ondes de Kanal FM, Myriam Dossou , une autre candidate UNIR Golfe déraille sur Victoire FM :« Il faut avoir le courage de le dire. La population ne voit aucun signe de développement des communes détenues par les maires de l’opposition. C’est pourquoi le peuple n’a pas voulu confier sa destinée aux mains de ces messieurs. Si quelqu’un va dans un autre pays et revenir, il va s’en rendre compte que le Togo se développe considérablement »

Une contre-vérité flagrante à travers les Communes Golfe 5 et Golfe7 à Lomé. Les faits sont bien têtus. Golfe 1, Golfe 2, Golfe 4 sont bien en sont la belle illustration de prouesses des communes dirigées par l’opposition.

Plus loin celle qui cumule son poste de Directrice Générale de l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) avec le ministère du Développement à la Base, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes trouve que « le dédoublement de la Nationale N°1 nécessite de gros moyens. Le pays comme Togo n’a pas de ressources minières pour et aussi des projets pareils demande étude de terrain, entreprise pour et autres. Et d’ailleurs l’état à d’autres priorités. Il y a tellement des besoins dans tous les domaines ».Une démission assumée comme toujours devant les réalités du pays. On se demande dans quel Togo vit dame Dossou.

Le dédoublement de la route Lomé-Cinkassé fait partie des promesses contenues dans le programme « 20 plus de Faure » en 2005.Plus de 19 ans après, sa ministre vient dire que l’Etat n’a pas les moyens, tout le contraire de ce que son bienfaiteur défend jusque-là. Voilà ceux qui incarnent le pouvoir au Togo sans vision.

Kokou Agbemebio

Source: Le Correcteur / lecorrecteur.info

Source : 27Avril.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.