Tikpi Atchadam « Un peuple qui refuse de faire l’histoire doit se préparer à la subir » 3 juillet 2017

212

Tikpi Atchadam « Un peuple qui refuse de faire l’histoire doit se préparer à la subir »                                                                             3 juillet 2017
Les militants et sympathisants réceptifs au message de leur leader

Par Serge Lemask, togo-online.co.uk
Comme annoncé depuis quelques jours, le Parti National Panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam, a organisé dimanche un grand meeting au stade d’Agoè Nyivé (Lomé). Une rencontre à laquelle ont pris part des milliers de militants et sympathisants.

Nonobstant les pressions et manœuvres du régime en place lors de ses meetings à l’intérieur du pays, le leader du PNP, Tikpi Atchadam a encore fait une démonstration de force à Lomé.

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Vêtus de rouge, les militants et sympathisants du PNP, certains venus de Lomé et d’autres du Ghana, ont fait le déplacement du stade d’Agoè pour écouter leur leader. Dans un langage politique bien aiguisé, Tikpi Atchadam s’est adressé aux Togolais, un peuple destin tronqué, au bonheur confisqué, aux droits élémentaires déniés et bafoués par le régime cinquantenaire.

Tenant pour vraie l’assertion selon laquelle un peuple qui refuse de faire l’histoire doit se préparer à la subir, le leader du PNP demande aux Togolais de se lever.

« Cependant, tant qu’il reste assis, l’esclave ou l’opprimé n’a pas encore fait le moindre pas vers sa libération. Aussi longtemps que nous resterons assis, personne ne nous croira et, par conséquent, il n’y aura personne, même pas Dieu, pour nous prêter main forte. Alors, debout ! », A-t-il déclaré.

A l’en croire, il est illusoire d’espérer la bonne foi du pouvoir en place. Il en tient pour preuve le refus d’un projet commun de vie, le rejet du constitutionalisme et de l’alternance politique au profit de la monarchie, la duplicité, la mauvaise foi et le manque de volonté politique des tenants du pouvoir.

« Si nous sommes encore à espérer quelque chose de ce régime, alors nous n’avons rien compris. Ni honte, ni pitié, la minorité veut le pouvoir et tout le pouvoir ; elle veut les richesses et toutes les richesses du pays à nous tous», a-t-il laissé entendre.

Et de poursuivre : « Que d’engagements signés mais jamais respectés (Accord politique global) ! De 1990 à 2017, cela fait vingt-huit (28) ans que le dilatoire perdure. Que de chantier annoncé mais jamais entamés sérieusement ou inachevés ! Je pense à la réconciliation nationale démarrée depuis 1963. Je pense aussi à la décentralisation annoncée par une loi de 1998 ».

Pour rebâtir le Togo, Tikpi Atchadam propose de déconstruire et de reconstruire le Togolais, d’où l’urgence de l’arracher à la minorité au profit de la majorité et de la minorité.

« Il ne s’agit pas de libérer le Togo contre des Togolais. Ainsi, ni rancœur, ni vengeance, nous avons aussi pour devoir de libérer cette minorité prise dans son propre piège. Nous rêvons d’un Togo pour tous, tous fiers du Togo. Il est clair que demain, les bâtisseurs de la cité seront recrutés dans la majorité comme dans la minorité sur la base de la compétence et sans considération aucune. Il ne s’agira pas d’une spoliation contre une autre spoliation ».

Tel un fleuve en crue qui a débordé de son lit et qui a brisé les digues qui l’enserrent et l’étouffent, et qui a débordé de son lit, le leader du PNP souhaite que les Togolais sortent pourbalayer les privilèges, emporter avec eux la misère devenue inadmissible.

« Alors, debout ! Luttons sans défaillance ! Vainquons ou mourrons mais dans la dignité », a-t-il conclu.

Togo-Online.co.uk

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here