Des témoignages sur les bastonnades et l’incendie du siège du PNP

Ces témoignages viennent de la femme et la fille du propriétaire de la maison qui abrite le siège du Parti national panafricain (PNP). Elles relatent aux micros de nos confrères de Kanal K et FM Liberté, ce qu’elles ont vécu la nuit d’hier à Agoè-Orakis, quartier où se trouve le siège du parti de Tikpi Atchadam. Lisez plutôt !

C’est Dieu qui nous a sauvés hier. C’est aux environs de minuit que les forces de l’ordre ont débarqué ici. Ils ont commencé par lancer les gaz lacrymogènes. Ils avaient des bidons d’essence en mains. Ils ont défoncé nos portes. Ce qui s’est passé ici est grave. Ils nous demandaient de sortir. Mais, comme nous n’avons pas obtempéré, ils ont commencé par défoncer la porte sur nous. Ils ont versé de l’essence sur les chaises du PNP. Ils ont brûlé le siège du parti et les ateliers situés aux alentours. Ils voulaient investi le siège, mais le portail était bloqué. Donc, ils ont tout brûlé ici. Voilà ce qui s’est passé à Agoè-Orakis, au siège du PNP. Il faut que les gens viennent voir ce qui se passe ici. Comment on peut vivre comme ça dans un pays ?

Avez-vous réussi à identifier ceux qui sont venus faire ça ?

Ce sont des soldats, parce qu’ils sont en treillis. Ils sont arrivés à bord de trois véhicules banalisés. Ils ont lancé des gaz lacrymogènes, ce sont des soldats. Toute la maison était remplie de fumée de gaz, mais comme c’est notre maison, nous avons réussi à frayer du chemin, en escaladant le mur. Ils savent très bien que là où ils ont mis le feu, nous ne pouvons pas sortir.

Vous êtes sûr que ce sont des soldats qui sont venus brûler le siège du PNP ?

Nous les avons bien vus. Ils étaient en treillis. Ils ont battu les gens dans la maison voisine. Ils ont même cassé la tête à un enfant dans cette maison. L’enfant se trouve actuellement au CHU Sylvanus Olympio.

Comment vous, vous en êtes sorti ?

C’est Dieu qui nous aidés, moi et mes enfants, mais nous sommes blessés.

Que pouvez-vous dire maintenant aux Togolais ?

On ne vit pas dans un pays comme ça. Nous sommes tous des Togolais. Comment on peut venir incendier le siège d’un parti comme ça ? Nous demandons à Faure de parler. On ne gouverne pas un pays comme ça. Nous sommes en train de mourir.

Témoignage de la fille blessée à la main

Il était minuit quand les soldats sont venus en lançant des gaz lacrymogènes. Ils sont rentrés dans la maison, ils y ont jeté des bidons d’essence et les allumer. Ils ont cassé les portails des maisons, fait sortir les habitants en les tabassant. Quand ils ont cassé notre portail, nous avons voulu fuir. C’est en escaladant le mur que les clous nous ont déchirés les mains. Si nous n’avons quitté la maison, ils pourraient nous tuer. Ils tapaient sur tout le monde, les vieilles personnes et ont même cassé la tête à un enfant.

C’est vraiment déplorable. On ne peut pas nous faire ça dans notre pays. On n’est pas des animaux. C’est inconcevable que nous soyons des esclaves dans notre propre pays. Mais jusqu’à quand ? Mais ils vont le payer un à un sur cette terre avant de partir. Actuellement, je vais à l’hôpital pour qu’on me fasse des sutures à la main.

Sources : Kanal K et FM Liberté/Transcrit par la Rédaction

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.