Brigitte Adjamagbo-Johnson appelle l’UFC et ses militants à rejoindre la rue

Gilchrist Olympio se retire de la vie politique. Et appelle son allié (sic) Faure Gnassingbé à quitter le pouvoir en 2020. Une décision sage, selon de nombreux responsables de la classe politique togolaise dont Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la coalition de l’opposition.

La sortie médiatique de l’emblématique président de l’Union des forces de changement (UFC) a été dans l’ensemble bien accueillie, surtout au sein de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Mieux vaut tard que jamais, ajoutent d’autres.

Le « vieux » a quitté la vie politique et appelé Faure Gnassingbé à ne pas se représenter en 2020. « C’est une bonne sortie », félicite la Secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) dans un entretien publié dans le Canard Indépendant N°619 du 1er décembre 2017.

« Nous espérons que le premier responsable de l’UFC et les militants seront bientôt à nos côtés dans la rue », souhaite-t-elle.

Selon elle, « Si nous voulons que nos revendications aboutissent, c’est qui nous devons imprimer l’orientation que nous voulons à la lutte ».

La coalition de l’opposition exige notamment le retour à la Constitution de 1992 dans sa version originelle, la libération des détenus politiques sans conditions, le vote de la diaspora, l’assainissement du cadre électoral, entre autres.

A.H.

Source : www.icilome.com