Transition au Mali : l’engagement du Togo de nouveau salué

Transition au Mali : l’engagement du Togo de nouveau salué

(Togo Officiel) – Lomé a abrité mardi la 3ème réunion du Groupe de soutien à la transition au Mali (GST-Mali). Cet événement de haut niveau, initié par l’Union Africaine, les Nations Unies et la Cedeao, mobilisait une nouvelle fois dans la capitale togolaise (après mars 2021), les partenaires et amis de la cause malienne.

Principalement au centre des travaux, le point de l’évolution du processus, notamment la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, les avancées réalisées dans les réformes politiques et institutionnelles, les défis sécuritaire, humanitaire et économique du Mali ainsi que les préparatifs des élections générales.

La période de transition ne devrait pas se résumer à l’organisation de nouvelles élections ; elle pourrait servir à poser les jalons d’un changement plus durable dans la gouvernance du Mali. Cela nécessite de rassembler davantage les acteurs politiques autour des priorités du pays”, a rappelé le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey, exhortant “les autorités maliennes et les autres acteurs nationaux à poursuivre leurs efforts en vue de maintenir le dialogue et la concertation qui ont caractérisé les Assises nationales de la refondation en vue de parvenir à des décisions susceptibles de mener à bien une transition constructive et vertueuse” et la communauté internationale “à un soutien constructif”.

L’engagement du Togo de nouveau salué

Les assises ont été l’occasion pour les divers participants de féliciter une nouvelle fois le Togo pour son engagement aux côtés du Mali.

Tour à tour, le Commissaire de l’UA aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité, Bankole Adeoye, son homologue de la Cedeao, Abdel Fatau Moussa, et le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour le Mali et chef de la MINUSMA, El-Ghassim Wane, ont salué la disponibilité de Lomé sur le dossier.

Pour rappel, le GST-Mali a pour principale mission de soutenir le gouvernement de transition et le peuple malien dans la mise en œuvre de la Charte de la transition et de sa Feuille de route, adoptées à la suite des négociations menées sous l’égide de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Source : RepubliqueTogolaise.com