Togo- Vie chère : le gouvernement baisse les bras

Plusieurs jours après l’augmentation des prix des produits pétroliers le 19 juillet dernier, le gouvernement annonce une mesure portant réduction des prix des passages au péage. Avec une diminution quelque peu sensible des prix pour les autocars et les autocars, soit de 500F pour la plupart des véhicules, et de 2000F sur les poids lourds à 8 essieux et plus.

Quel sera l’impact de ces réductions sur la vie chère ? Mystère. En réalité aucune. Et pour cause, l’augmentation des prix des produits pétroliers a été suivie immédiatement par celle des prix des transports, soit une augmentation générale de 33,33%. Or un accroissement des transports impacte nécessairement les prix des denrées de première nécessité.

Les prochains jours seront certainement durs pour les Togolais. Visiblement, on rentre dans une spirale inflationniste et il semble que le gouvernement a carrément baissé les bras.

En témoigne, la spéculation sur le prix du gaz, qui n’a pourtant subi aucune augmentation lors de l’annonce officielle des nouveaux prix des hydrocarbures.

Ainsi le prix du gaz butane varie sur le marché. D’un endroit à l’autre, 500 FCFA voire plus de 1000 FCFA s’ajoutent aux bouteilles de 12 kilos et de 6 kilos.

Une situation qui pourrait amener le consommateur à opter pour le charbon de bois. Actuellement à Lomé, une bonbonne de 12 kilos se vend à 7200 FCFA et même plus. Dans certains endroits, il faut débourser 8500 FCFA. Pour la bouteille moyenne de 6kilos, 500 FCFA ou plus se sont ajoutés.

Il faut rappeler que le prix du gaz butane a échappé au consommateur lors de la dernière augmentation des produits pétroliers. La population s’est beaucoup focalisée sur les prix de l’essence. Alors que sur la récente augmentation, le prix du gaz n’y figurait pas. Ce que le consommateur n’avait pas remarqué.

Par rapport à ce fait, certains se demandent si c’est un oubli volontaire des autorités de ne pas fixer le prix du gaz. Tout porte à le croire. Car selon certaines langues qui se délient, le gouvernent aurait avisé les grossistes qu’il ne compte plus subventionner le gaz butane. Un désengagement qui a donc des conséquences. Car le prix du butane flambe.

La situation est pareille à une l’anarchie autour des prix des bouteilles de gaz. Et c’est inquiétant. Car beaucoup de consommateurs ne décolèrent pas. Ils envisagent de recourir au charbon de bois. L’inquiétude est d’autant plus grande que selon les informations, certains opérateurs stockent leurs produits pour les revendre plus chers. Tandis que d’autres sont en rupture de stock. Pendant ce temps le gouvernement est dans le mutisme.

L’Echiquier N°86

Source : icilome.com