Togo : Triple enfer pour nos frères du septentrion !

La situation se corse de jour en jour pour nos frères qui vivent dans l’extrême nord. Ils sont depuis un temps meurtris par le terrorisme et doivent vivre en permanence dans la peur et la hantise de nouvelles attaques. Beaucoup ont dû fuir les villages abandonnant leurs biens derrière eux.

Mais ils ne sont pas au bout de leurs peines et doivent subir comme tout le monde, les effets pervers de la vie chère. Tout est extrêmement devenu cher dans le pays. Avant-avant s’offrir trois repas par jour, c’était un parcours de combattant. Maintenant, trouver un repas, ce n’est pas donné à tout le monde. On se demande dans quelles conditions devraient se trouver nos frères qui ont tout perdu.

Comme s’ils ne souffrent pas déjà assez, c’est dame nature qui s’en mêle et qui risque d’en rajouter une couche. Alerte maximale et réquisition des acteurs impliqués dans la gestion des risques de catastrophes ! Comme on le dit, aux grands maux, les grands remèdes. De fortes précipitations s’abattent ces derniers jours dans les régions de la Kara et des Savanes notamment dans le bassin de l’Oti. Les populations de ces zones courent de gros risques de catastrophes. Au point que le ministre de la Sécurité Yark Damehame a tiré la sonnette d’alarme. Il évoque une situation critique et invite les populations à une vigilance accrue.

La météo n’est pas très favorable pour les populations de Kpendjal, Oti, Oti-sud, Kéran et Dankpen. Et pour cause, les fleuves Oti, Borgou et Kéran sont au bord de débordement à cause des pluies diluviennes enregistrées ces derniers temps.

« Cette situation critique indique déjà l’engorgement des nappes phréatiques, avec un début de débordement des cours et plans d’eau qui pourrait occasionner des inondations dans les préfectures de Kpendjal, Oti, Oti-sud, Kéran et Dankpen », a prévenu Yark Damehame.

On dirait que le ciel est tombé sur leur tête. Ils devraient avoir l’impression d’être abandonnés à leur triste sort par Dieu et par les autorités. On n’aimerait pas être à leur place.

Source : Liberté / libertetogo.info

Source : 27Avril.com