Des produits agricoles contre les frais d’études-ESA Togo élargit son cercle de partenaires

Afin de faciliter l’accès aux études supérieures aux jeunes du milieu rural, l’École Supérieure des Affaires (ESA Togo) multiplie les conventions d’accord avec les partenaires bien ciblés.

Un mois après avoir signé des accords de partenariat avec Africa Agro Business (2ab) et la Coopérative à Dieu la Victoire, deux faîtières agricoles, l’École Supérieure des Affaires (ESA Togo) scelle un nouveau partenariat allant dans le même sens : payer les frais de scolarité à l’ESA contre des produits agricoles.

Le nouveau partenaire de l’ESA dans cette aventure s’appelle l’Union préfectorale des coopératives productrices d’anacarde de Sotouboua (UPCPAS). L’accord de partenariat entre les deux parties est né ce samedi 08 octobre 2022 à Lomé. Le président fondateur de l’ESA, le Docteur Charles Birregah et des représentants de l’UPCPAS venus de Sotouboua ont signé les documents de cet accord de convention. Signature intervenue à ESA Agoè, dans l’amphi 500, en présence de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Professeur Octave Nicoué Broohm, président du Conseil scientifique de l’ESA, des étudiants, entre autres.

<< Notre objectif c’est de toucher tout le monde paysan du Togo. Nous voulons que nos jeunes bacheliers/bachelières du milieu rural puissent continuer les études à l’ESA. Ils vont cultiver, verser les produits du champ aux responsables avec qui nous avons signé le partenariat. Ces derniers, à leur tour, vont vendre le produit. Une fois la vente conclue, on remplit le chèque ESA avec le versement à la banque. L’étudiant peut étudier en ligne, soit à ESA Lomé ou ESA Kara. Néanmoins, il fera l’examen en présentiel >>, a expliqué le Docteur Charles Birregah.

Du côté des producteurs, c’est le soulagement. << C’est une chose que l’étudiant lambda a longtemps espéré. C’est vrai, on a toujours l’intention qu’il faut avoir de l’argent avant de fréquenter. Aujourd’hui, Docteur Charles Birregah dit ce n’est forcément pas le cas. C’est une grande joie pour nous >>, s’est réjoui Tchamikassé Ayouwa. Il est le président de l’Union préfectorale des coopératives productrices d’anacarde de Sotouboua (UPCPAS).

À en croire le Docteur Charles Birregah, le but visé c’est de rendre l’École Supérieure des Affaires (ESA Togo) inclusive. << Je ne veux pas que quelqu’un soit exclu parce qu’il n’a pas les moyens financiers >>, a-t-il précisé.

Source : icilome.com