Togo : Suspension du processus électoral à la CCIT, la trompeuse accalmie qui couve l’explosion

Kodjo Adedze vs Germain Meba à la CCIT

Le moins qu’on puisse dire est qu’il y a du rififi à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT). Pour preuve, la floraison des articles de presse dénonçant les micmacs de son président Germain Méba à l’annonce du renouvellement du bureau qu’il conduit depuis quatre ans. Ce dernier est pêle-mêle accusé de scandales à répétition, de manipulations, de mensonges, de multiples sociétés écrans, de menaces et d’intimidations couplés de surfacturations, de fraudes et de corruptions.

Et intervint le Ministre Kodjo Adédjé …

La suspension du processus électoral à la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCIT) le 02 Septembre 2020 par le ministre Kodjo Adédjé du commerce, de l’industrie, du développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale pour des raisons, selon bien d’acteurs, bien fondées est venue mettre une accalmie dans ce brouhaha. Entre autres raisons, on peut citer les fraudes massives en perspective et des irrégularités monstrueuses préparées et entretenues par l’équipe sortante qui refuse délibérément, selon plusieurs sources, de délivrer les cartes de membres de la CCIT à ceux qui sont soupçonnés ne pas être ses potentiels votants en dépit des injonctions de la tutelle alors qu’au même moment, d’autres considérés comme des voix acquises, de facto, sont servis avec une diligence ahurissante.

Les manœuvres continuent malgré tout

Au-delà de toute cette cacophonie, malgré la suspension du processus électoral par le ministre Kodjo Adédjé, Germain Méba et sa suite Rémy Moévi, Ametepe Eglé et autres continuent de s’agiter dans le dos du ministre pour aller contre vents et marrées pour se maintenir à la direction du CCIT pour un nouveau bail. Il se susurre qu’ils tentent de racoler le Conseil National du Patronat (CNP), l’Association des Grandes Entreprises du Togo (AGET), l’Association des Opérateurs Economiques du Togo (ATOE) pour leur cause. Le plus surprenant dans leur tentative est les yeux doux que l’équipe Germain Méba fait aux responsables de l’ATOE qu’elle avait, il n’y a pas si longtemps, failli faire écrouer par la justice suite à des accusations de malversations.

Le comble du ridicule

Dans cette tentative de redorer son blason et de ramener des votants tout acquis à sa cause avant une éventuelle reconduction du processus électoral à la CCIT, l’équipe Germain Méba ferait preuve d’une manœuvre des plus sordides qui démontre son mépris du respect des textes qui régissent le fonctionnement de la CCIT. Plus de différence entre une association professionnelle et un établissement public. Du courrier serait envoyé à la Chambre d’Agriculture et aux Chambres des Métiers leur demandant de lui envoyer une liste de personnes à faire designer à la Commission d’Etablissement des Listes Electorales et à la Commission Electorale alors que ces chambres ne sont nullement concernées par les élections à la CCIT et ne peuvent proposer de représentants pour siéger dans les commissions électorales.

Que comprendre de cet imbroglio ?

Cette question peut se résumer plus simplement : pourquoi le bureau sortant de la CCIT accusé de tous les maux s’accroche-t-il avec autant d’ardeur à ne pas lâcher les rênes de cette institution publique au service du secteur privé ?

Les braves opérateurs économiques du Togo sont-ils si ingrats pour ne pas reconduire en douceur l’équipe Germain Méba si tant est qu’elle a fait du bon travail pour les représenter? Ou bien est-ce la peur de la découverte par une éventuelle nouvelle équipe de grandes magouilles ?

En attendant, les intimidations continuent au sein des opérateurs économiques sous le prétexte que le bureau sortant est le seul représentant habilité de la CCIT pouvant les solliciter pour les prochaines élections consulaires. Ce qui n’est qu’une grosse arnaque qui s’apparente à du faux et usage de faux si on se réfère au fait que la délivrance des cartes à plusieurs opérateurs est bloquée alors que dans le même temps et il tente de détourner, par un tri malveillant, d’autres à leur profit comme votants. Si ce n’est pas le cas, de quels droits et pouvoirs disposent Germain Méba et sa suite pour convoquer dans leurs bureaux à la CCIT des opérateurs économiques demandeurs de la carte CCIT et en les soumettant à des interrogatoires musclées, type KGB (sic) avant de conclure, sentencieux, qu’ils refusent de leur délivrer la carte CCIT, car cette carte ne leur servirait à rien. Les témoignages foisonnent!

Panique à bord

Germain Méba et sa bande sont pris de panique. Il n’y a rien à redire ! Il se susurre dans le milieu que Germain Méba est lâché par le haut sommet de l’Etat face aux dénonciations tous azimuts de sa gestion scandaleuse. Les menaces et autres intimidations semblent ne plus affolées ses adversaires qui brandissent en sourdine des révélations croustillantes notamment une chaine de détournements mise en place avec six (06) sociétés écrans sous des prête-noms et la complicité active d’un Sénégalais. Ce dernier serait au moins à la tête de trois (03) sociétés qui, pour tout corroborer, aurait, par extraordinaire (sic), la signature sur ses comptes bancaires d’un certain … Germain Méba.

A suivre…

A.D

Source : Liberté

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.