Togo, Région centrale / Crise à la Direction régionale de l’éducation : Un Inspecteur sanctionné pour avoir critiqué la gestion du DRE

Un Inspecteur de l’éducation a été suspendu hier lundi 25 octobre par décision du ministre Dodzi Kokoroko. Son crime, avoir critiqué la gestion faite par le Directeur régional de l’éducation (DRE) de la Région centrale. Et le 2 novembre prochain, il est invité à comparaître devant un conseil de discipline au ministère. Autant dire que ça promet.

Est-ce un crime que de critiquer la gestion d’un supérieur hiérarchique lorsque celui-ci semble atteint de surdité aux propositions de ses collaborateurs ? A la DRE de la Centrale, l’Inspecteur Abiyou Kodjo, a maille à partir avec la hiérarchie de l’enseignement secondaire.

Dans la note de service n°3009/2021/MEPSTA/CAB/SG/DRH du 25 octobre 2021, le ministre des Enseignements primaire et Secondaire Prof Dodzi Kokoroko reproche à l’Inspecteur son insubordination à l’autorité. « Dans l’exercice de votre liberté d’expression, liberté garantie par les textes de la République, vous avez manifesté publiquement par audio sur les réseaux sociaux des réprobations discourtoises à l’égard de votre supérieur hiérarchique. Cette situation frise une insubordination notoire à l’autorité. Ce fait qui vous est reproché, commis en dehors du service, constitue un manquement grave aux obligations statutaires et déontologiques, en particulier de loyauté, de probité et de réserves qui s’imposent à l’ensemble des fonctionnaires et agents publics. Eu égard à la gravité de ce fait de nature à entraver le bon fonctionnement du secteur public de l’éducation et porter atteinte à l’image de l’administration de l’éducation, je vous informe qu’une procédure disciplinaire est engagée à votre encontre. D’ores et déjà, une mesure conservatoire est prise à votre égard en attendant l’issue de la procédure disciplinaire», peut-on lire dans la note.

L’Inspecteur n’a pas attendu 24 heures avant que la décision de suspension lui tombe au nez comme un couperet. Toujours signée du ministre, voici ce que dit la décision n°197/2021/MEPSTA/CAB/SG/DRH :

« Article 1er : Monsieur Abiyou Kodjo, n°Mle352391-Z, inspecteur de l’éducation nationale de classe exceptionnelle, 3ème échelon, spécialité anglais (ANG), en service à l’inspection de l’enseignement secondaire général de Sokodé (IESG Sokodé) est provisoirement suspendu de ses activités d’encadrement pédagogique dans la Région d’éducation centrale pour insubordination à l’autorité.

Article 2 : L’intéressé est invité à comparaître à Lomé, le mardi 02 novembre 2021 devant le conseil de discipline sis au cabinet du MEPSTA.

Article 3 : La présente décision qui prend effet pour compter de la date de sa signature, sera publiée et communiquée partout où besoin sera… ».

Insubordination à l’autorité. Voilà le crime commis par cet inspecteur. Mais pour qu’il y ait crime, il faut des éléments dont l’arme du crime. Nous avons mis la main sur cette arme « de destruction massive » et qui vaut la géhenne à M. Abiyou Kodjo.

La teneur du crime commis par l’inspecteur Abiyou Kodjo

« M. Ekpaou le Directeur régional, il y a plusieurs situations que je déplore et je suis obligé de dénoncer. Peut-être diriez que je m’éclate, mais tel n’est pas le cas. Le Directeur régional, n’est pas une compétence académique, c’est une nomination. Vous n’allez pas nous traiter comme ça.

Tout d’abord, à propos de la formation des enseignants admis, ailleurs, on a payé en trois jours ailleurs 15.000 FCFA par jour. Est-ce que vous pouvez nous expliquer pourquoi chez nous ici, on est payé à 10.000 FCA par jour ? Le reste de l’argent est pari où ?

Au sujet du séminaire qu’on vient d’organiser maintenant, vous avez précisé que c’est seulement à l’intention des chefs d’inspection, alors que dans toutes les régions, c’est tous les inspecteurs qui sont concernés. Comment expliquez-vous cela ? Alors que le quota est insuffisant à Sokodé. Le reste de l’argent, vous le mettez où ? Tout porte à croire que vous êtes venu pour faire du mal aux gens dans la région. Au niveau des affectations, regardez comment vous avez rendu les enseignants oisifs, sans poste. Des gens sont là, désœuvrés, et vous leur dites d’attendre un mois alors qu’ils sont arrivés dans la région avant votre départ. Un Directeur régional qui part à la rentrée et qui laisse des problèmes en suspens en ce début d’année, comment vous pouvez expliquer cette situation ? Un chef d’inspection fait des propositions, vous refusez et vous faites ce que bon vous semble. Ça ne se passe pas comme ça, Monsieur le Directeur régional. C’est comme vous êtes venu tout juste pour saboter la région, ce n’est pas bien.

Si vous vous plaignez de l’audio, je vais le publier dans le panel des inspecteurs et tout le monde écouter ce que j’ai dit. Je le mettrai également sur le panel des enseignants. L’argent des deux formations, vous allez nous le compléter ? Nous avons fait ensemble l’ENS (Ndlr : Ecole normale supérieure), vous ne pouvez pas nous piétiner de cette manière. Vous me connaissez que je suis ainsi. Quand je disais la vérité à l’ENS a, c’est vous qui courriez pour aller dire au Directeur que c’est Abiyou qui incitait les gens à la révolte. Et moi je n’ai pas peur de ça. Ce n’est pas bien Monsieur le Directeur régional. Combien de temps vous allez faire là-bas ? Et les enseignants qui seront désœuvrés ici ?

Regardez tout le désordre que vous avez organisé, lorsqu’il s’est agi de la nomination des censeurs ! Vous avez créé des doublons partout, à Sotouboua comme ici. C’est plus de 203 enseignants qu’on nous a donnés, et loger ces enseignants de façon judicieuse. Pourquoi dira-t-on que les établissements ont encore des problèmes alors qu’il y a des enseignants en surnombre ailleurs ? Pourquoi quand les chefs d’inspection font des propositions, vous refusez ? Et maintenant, les établissements continuent à avoir des problèmes malgré les efforts que le gouvernement a faits pour envoyer le personnel enseignant. Et pendant un mois que feriez là-bas, les établissements vont souffrir ainsi de votre absence ? Alors qu’il est interdit de percevoir des cotisations parallèles pour que les volontaires au moins essayent d’aider…Un enseignant, Moukaila est venu de Dapaong, il est là désœuvré, mais le chef d’inspection n’a même pas le droit de lui dire d’aller commencer à faire ses cours quelque part. Est-ce normal cette manière de procéder ?

Pourquoi les chefs d’inspection font des propositions et vous refusez ? Vous refusez pour travailler seul ? Je n’ai jamais vu un Directeur régional faire des affectations. Ce n’est pas vous qui êtes sur le terrain. C’est nous qui connaissons les enseignants. Vous prenez des enseignants, on ne les connait pas pédagogiquement, mais vous les placez dans des établissements de référence. Vous ne pouvez pas prendre des nouveaux et les placer dans les établissements de référence, alors qu’ailleurs, les gens ont fait plus de 8 ans, ils demandent l’affectation pour revenir mais vous ne les autorisez pas. Ils sont venus, on ne peut pas en profiter pour les satisfaire, et quand on fait des propositions, vous refusez.

Monsieur le Directeur régional, les choses ne fonctionnent pas ainsi. On a le sentiment que vous êtes venu pour faire du mal ou pour torturer les inspecteurs. Et d’ailleurs, nous savons pourquoi vous es allé en France. En cette rentrée, vous ne pouvez pas abandonner les établissements de cette manière ». Un véritable réquisitoire.

En somme, le DRE s’est rendu coupable d’indélicatesses envers les fonds destinés à ses collaborateurs et dans la gestion des avis de ceux-ci. Et ça, le ministre n’en a pas fait mention. A moins qu’une autre procédure consécutive à un audit dans les comptes de la DRE ne situe tout le monde sur les allégations portées à l’encontre du DRE. Autrement, on dirait que le ministre fait preuve d’une rigueur sélective.

L’enseignement public souffre de maux multiples, allant dans une ségrégation qui ne dit pas son nom jusqu’à la gestion des recettes des établissements scolaires. Nous y reviendrons !

Godson K.

Source : Liberté / libertetogo.info

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.