Togo – Présumés braqueurs tués à Lomé : ASVITTO relève des observations qui entachent la crédibilité du rapport de la CNDH

En juillet 2019, la Police a annoncé avoir abattu des présumés braqueurs à Kangnikopé (Lomé). A l’époque, la famille des victimes a rejeté la version de la Police, indiquant que ce sont des jeunes qui ont été pris chez eux à la maison et abattus plus tard. L’enquête ouverte par la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) a rendu public son rapport lundi dernier. Mais des zones d’ombre subsistent toujours. Ce qui fait monter au créneau l’Association des victimes de la torture au Togo (ASVITTO).

LES OBSERVATIONS DE L’ASVITTO RELATIVES AU RÉSUMÉ DU RAPPORT DE LA CNDH SUR LES PRÉSUMÉS BRAQUEURS ABATTUS PAR LE GROUPE D’INTERVENTION DE LA POLICE NATIONALE (GIPN)

L’Association des Victimes de Tortures au Togo (ASVITTO) prend acte du Résumé du rapport de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) sur l’affaire des présumés braqueurs abattus par le Groupe d’Intervention de la Police Nationale (GIPN), le 28 juillet 2019.

Sur la forme, la publication de ce rapport a péché par le retard qu’on peut constater à cet effet, plus d’un an après l’incident, cela peut porter d’autres préjudices.

Sur le fond, l’ASVITTO relève également quelques observations susceptibles d’entacher la crédibilité du rapport. Quelques points importants ont attiré l’attention de l’Association sur lesquels la CNDH doit –

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.