Togo: Plus de 60 ans après, même l’eau est un luxe au pays des Gnassingbé

0
143

Le problème de desserte d’eau potable dans l’Ogou 1 semble être résolu. Yawa Kouigan, maire de l’Ogou 1 a récemment pu trouver un stratagème de distribution d’eau en citerne les mardi, jeudi et samedi pour soulager la population, comme l’a stipulé un communiqué de la Commune , listant par le menu les différentes localités devant bénéficier du fameux liquide, et encore à des heures préalablement fixées. Doulassamé, Houdou, Gnagna, Nyekonakpoe, Kossi-Kiti, Oke Okpa, Keta, Lomnava haut, Lom Nava Bas, Ahoussa Zongo, Agbonou Gare de Gnagna, Agbonou Kpotame et Campement ou Idotse, Djama, Afeye Kpota, Djama, Sada. Autant de quartiers qui, tous autant qu’ils sont, pourront disposer d’eau suivant les points focaux qui leur sont affiliés et suivant les horaires prédéfinis.

A titre d’exemple, les localités de Gnagna, Nyekonakpoe, Kossi-Kiti et Oke Okpa qui ont pour des points focaux Yao, Rémi, Akpovi et Gbedi peuvent disposer d’eau potable aux ponts de distribution d’eau à Abomé de 10h30 à 12h00, à la Place publique de Nyekonakpoe de 12h30 à 14h, au Carrefour petit marché de 15h à 16h30 et Bar Trio de 17h00 à 18h30. Yawa Kouigan a par ailleurs invité les responsables du Comité de développement de quartiers à faire passer le message afin que chacun en soit informé. Il faut avouer sans ambages que la stratégie de la maire n’est pas dans une musette. C’est une prouesse, quand même, que de trouver remède à la pénurie d’eau dont sont victimes les populations.

Au lieu de mettre en place une vraie politique d’approvisionnement en eau potable en milieu rural, la maire n’a trouvé mieux que de rationner des populations qui ont vu passer par pertes et profits le fameux document de Politique nationale d’approvisionnement en eau potable et assainissement (AEPA) en milieu rural et semi-urbain. Mis en place depuis 2006, ce document avait été vanté comme mécanisme devant permettre l’amélioration durable de l’accès équitable des populations rurales et semi-urbaines à l’eau potable et à un assainissement moderne.

Cela passera par une meilleure planification des ouvrages, une pérennisation des investissements réalisés et un niveau de service satisfaisant. dix-huit ans après, les populations en sont encore à se demander si l’Etat se soucie de leur bien-être. Regrettable que 64 ans après les indépendances, on en soit encore là.

Source: Le Correcteur / lecorrecteur.tg

Source : 27Avril.com