Togo–Payadowa Boukpessi, “génie” en interdiction de manifestations

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK), regroupement des partis d’opposition et d’organisations de la société civile au Togo, envisage de tenir un meeting ce Dimanche 27 Novembre 2022 dans la ville de Vogan, localité située à 45 Km de la capitale Lomé. Ce projet de rassemblement vient de nouveau réveiller le génie du ministre de la l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires.

A la suite de l’interdiction à maintes reprises de plusieurs manifestations projetées par la DMK à Lomé, cette dernière a décidé d’orienter sa mobilisation vers les autres villes du Togo. Ainsi, la ville de Vogan est retenue pour accueillir un grand meeting de la DMK le 27 novembre prochain.

La délocalisation d’une rencontre de cette envergue est certainement motivée par les arguments motivant l’interdiction des dernières manifestations projetées par la DMK à Lomé. En effet, le ministre de la l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires et son collègue de la Protection civile avaient estimé que la situation sécuritaire de la capitale sous menace d’attaques terroristes ne permettait pas d’autoriser des rassemblements massifs de populations.

Ces dernières interdictions de manifestations à Lomé avaient été interprétées par certains observateurs comme un déni du droit de manifestation reconnu par la Constitution togolaise. Pour ceux-ci, le pouvoir togolais se cache derrière des arguments fallacieux pour empêcher les activités de mobilisation des partis politiques d’opposition notamment.

La dernière sortie du ministre de la l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires, Payadowa Boukpessi semble donner raison à ceux qui voient dans l’attitude du gouvernement togolais une violation constante du droit de manifestation.

En effet, M. Boukpessi a indiqué aux responsables de la DMK que l’un des sujets à l’ordre du jour de cette manifestation est susceptible de conduire à son interdiction, notamment celui relatif à la contestation des résultats des élections présidentielles de février 2020. Une telle analyse du ministre est véritablement surprend plus d’un, car ce n’est pas la première fois que la DMK évoque ce sujet publiquement. Cette fois-ci, “l’excellent” Payadowa Boukpessi risque de gâcher sa copie.

Source : icilome.com