Togo: Nouveau chapitre de Harcèlement judiciaire contre les Journalistes

0
180

La liberté de presse est constamment menacée au Togo. Quelques semaines après la suspension pour trois mois de l’hebdomadaire « La Dépêche », c’est sur le journal « Tampa Express » que les autorités jettent leur dévolu. Le bimensuel et son Directeur de publication (DP), Francisco Napo-Koura font actuellement objet d’un harcèlement judiciaire. Une situation que condamne le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

En effet, le mercredi 20 mars prochain, le Directeur de publication Napo-Koura doit comparaître devant le tribunal de Lomé, à la suite d’une plainte pour diffamation déposée en mars 2023 par Charles Kokouvi Gafan, ancien directeur général de Togo Terminal, concernant un rapport publié dans le journal privé « Tampa Express » en janvier 2023 sur des allégations de mauvaise gestion au sein de cette structure.

La plainte affirmait que « Tampa Express » avait publié « de fausses informations » sur Gafan constituant une diffamation, et que les allégations avaient été reprises par le DP Napo-Koura lors d’une émission sur la radio privée Taxi FM et diffusées sur les réseaux sociaux. En conséquence, la plainte demandait également que le tribunal reconnaisse Tampa Express et Napo-Koura coupables de diffamation en vertu du code pénal et qu’ils soient condamnés à verser à Gafan 30 millions de francs CFA (environ 50 000 dollars américains), entre autres réparations.

Justement, pour avoir diffusée l’émission en direct sur les réseaux sociaux, le confrère Napo Koura risque une peine de prison si le procès a lieu. Puisque l’article 156 du code de la presse précise que les journalistes qui « ont utilisé les réseaux sociaux comme moyen de communication » pour commettre de tels délits sont en revanche « sanctionnés conformément aux dispositions de droit commun ».

« Napo-Koura risque une peine de prison pouvant aller jusqu’à six mois et une amende pouvant aller jusqu’à 2 millions de francs CFA (3 321 dollars) en vertu de l’article 290 du code pénal », craint le CPJ.

Faut-il le préciser. Bien avant de porter plainte contre le journal au tribunal de Lomé, le sieur Gafan a saisi la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) en janvier 2023 sur le même sujet. Tristement, et sans aucune forme de procès, l’autorité de régulation des médias a procédé à la suspension du bimensuel pour trois mois en février 2023.

Ce vendredi, revenant sur le cas du journal « La Dépêche », également suspendu par la HAAC pour trois mois à compter de ce mois de mars 2024, la responsable du programme Afrique du CPJ, Angela Quintal hausse le ton et appelle les autorités togolaises à la retenue.

« Les autorités togolaises devraient revenir sur la suspension du journal La Dépêche et cesser de harceler le journal Tampa Express et son directeur de publication Francisco Napo-Koura. La suspension répétée des organes d’information au Togo et la menace de poursuites pénales contre les journalistes en raison de leur travail sont devenues bien trop courantes dans le pays et violent l’accès des citoyens à l’information », a-t-elle martelé.

Selon Angela Quintal, les appels du CPJ à Gafan et à la HAAC pour solliciter des commentaires sont restés sans réponse.

Napo-Koura a déjà fait l’objet de poursuites judiciaires pour ses reportages. En septembre 2023, il a été interrogé par la police judiciaire à la suite d’une plainte déposée par le ministre de la Fonction publique, Gilbert Bawara, concernant un rapport du « Tampa Express » d’août 2023 sur des allégations de corruption dans le recrutement de la fonction publique. L’affaire était en instance auprès du procureur.

Au Togo, une épée de Damoclès plane constamment sur la presse critique. Si ce ne sont pas des poursuites judiciaires pour « diffamation », c’est la HAAC qui brandit sa hache pour suspendre temporairement voire retirer définitivement le récépissé, comme ce fut le cas du journal L’Indépendant Express en 2021. Cette même année, elle a suspendu les journaux « L’Alternative » et « Fraternité ». En 2022, ce fut le tour du quotidien « Liberté ».

Source: lalternative.info

Source : 27Avril.com