Togo – L’UFC, le parti divisé qui veut rassembler des électeurs

0
129

A moins de deux (02) mois des élections législatives et régionales au Togo, l’Union des Forces de Changement, parti de l’actuelle opposition parlementaire, n’est toujours pas sortie de la crise interne qui secoue ses organes dirigeants. Ce parti peut-il dans ces conditions fédérer les togolais pour un plébiscite aux urnes ?

Au Togo, toutes les formations politiques mettent déjà les bouchées doubles et mobilisent leurs bases pour sortir victorieuses ou du moins faire un score honorable aux prochaines échéances électorales. En effet, le 20 avril 2024 le corps électoral sera convoqué aux urnes pour élire les députés et les conseillers régionaux du pays.

Même si le processus électoral se déroule dans une totale indifférence de la grande masse des togolais, les partis politiques ne comptent pas laisser passer cette occasion d’affirmer leur poids sur l’échiquier politique national.

Du côté de l’Union des Forces de Changement qui a vu son leader Gilchrist Olympio être réélu à sa tête au congrès du 12 Août 2023, la sérénité affichée est aux antipodes des faits et gestes des « ténors » dudit parti.

Devant la presse, ce 28 février 2024, Isaac Tchiakpé, porte-parole de l’UFC a laissé entendre : « Nous allons aux élections et nous irons dans toutes les circonscriptions. Nous y allons en conquérant parce que l’UFC ne périra pas… Elle prendra un jour le pouvoir dans notre pays le Togo ».

Pourtant, ce n’est pas le même son de cloche chez Elliot Ohin, 2ème vice président du parti, pour qui le dernier congrès de l’UFC est illégal. Pour celui qui fût Ministre des Affaires Etrangères du Togo suite à l’accord UFC-RPT, l’UFC n’ira pas aux élections jusqu’à ce que la justice ait statué sur la procédure en instance auprès du Tribunal de Grande Instance de Lomé.

Dans tous les cas, ni la CENI ni le gouvernement et encore moins les autres formations politiques n’attendront pas la fin de la guéguerre au sein de l’UFC pour aller aux urnes.

Source : icilome.com