Togo: les détenus de «Tigre Révolution» en passe de perdre la vue

Les individus arrêtés dans le cadre de la fameuse affaire de « Tigre Révolution » sont encore en détention. Depuis juin dernier, ils sont transférés de la prison civile de Lomé à la Gendarmerie nationale en face du siège de la BTCI à Lomé. Leur condition de détention laisse vraiment à désirer.


Lire aussi:Togo : Faure Gnassingbé rechigne à libérer les détenus de la Dynamique

Ils sont plus d’une cinquantaine à être présentés par la Police nationale comme étant des rebelles, des insurgés qui s’apprêtaient à déstabiliser les institutions de la République.

Ces individus détiendraient « des armes de guerre comme les AK47, des armes de fabrication artisanale et des armes blanches d’une extrême dangerosité. La mobilisation de combattants s’est faite à Sokodé, au Bénin et dans le Ghana. Ces différents groupes une fois à Lomé, seront renforcés par d’autres guerriers sur place…», racontait le Directeur général de la Police, Yaovi Okpaoul devant les caméras.

Les mis en cause ont été ensuite inculpés puis jetés à la prison civile de Lomé. Mais le 13 juin dernier, et en raison de la menace de Covid-19 dans cette geôle, ces individus, au nombre de 67, ont été transférés à la Gendarmerie nationale en face de la BTCI à Lomé. Et depuis ce jour, ils sont entre la vie et la mort.

Leur condition de détention à la Gendarmerie nationale laisse vraiment à désirer. Ces 67 individus vivent un véritable enfer. Ils sont toujours enfermés dans leur cellule 24 heures sur 24. Ils n’ont pas droit à la lumière du jour. Ils n’ont aucun contact avec le monde extérieur. Ils n’ont plus droit aux visites, mêmes pas les parents.

Lire aussi:Prison civile de Lomé : flou autour d’un transfert des détenus politiques

Selon certaines sources bien introduites dans le dossier, ils sont entassés dans un bâtiment de 4 chambres salon avec un seul WC. Les chambres ont pour dimensions 4m sur 3,5 m et le salon 7,5 m sur 3 m. 

Aujourd’hui, à force de rester enfermés dans la cellule sans aucune lueur du jour, les détenus commence par perdre la vue. Des voix commencent par par s’élever pour dénoncer ces conditions inhumaines dans lesquelles ils sont détenus.

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.