Togo-Les commerçantes du marché d’Agoè-Assiyéyé, vent debout contre les conteneurs de la Mairie d’Agoè-nyivé 1

Le marché d’Agoè-Assiyéyé connait depuis ce jeudi 11 Août 2022, un mouvement d’humeur provoqué par un projet de la mairie consistant au dépôt de conteneurs en métal tout autour dudit marché. Les principaux acteurs du lieu, c’est-à-dire les femmes, n’entendent pas laisser les responsables locaux étouffer leurs activités commerciales déjà rudement éprouvées par la flambée générale des prix.

L’administration des structures publiques sous le ressort de leur compétence territoriale devient un casse-tête pour certains responsables locaux. Ceux-ci se lancent dans des projets divers pour engranger des fonds, surtout que le gouvernement a suspendu le paiement des taxes dans les marchés. C’est certainement ce qui a conduit la Mairie d’Agoè-nyivé 1 a initié ce projet de dépôts de conteneurs – boutiques, le long du périmètre immédiat du marché d’Agoè-Assiyéyé.

Après des discussions infructueuses avec les actrices du marché qui se sont opposées au projet, la Mairie a décidé de faire passer en force son initiative en se faisant aider par la police pour déposer les conteneurs en question cette semaine.

Cependant, la pilule ne passe pas auprès des femmes commerçantes. Celles-ci se sont spontanément rassemblées pour empêcher le dépôt des conteneurs. Et les arguments invoqués par les revendeuses sont logiques et raisonnables. Il y a un risque de concurrence déloyale entre ces boutiques-conteneurs et les revendeuses à l’intérieur des murs du marché d’une part et un danger écologique et sanitaire d’autre part.

Le premier risque consiste en une potentielle mévente et un étouffement des activités au sein du marché qui, rappelons-le, est déjà clôturé. Les femmes soutiennent, à juste titre, que les clients risqueraient de faire leurs achats uniquement dans ces conteneurs-boutiques puisque cela leur sera plus rapide. Et il est un secret de polichinelle que ces femmes commerçantes contractent généralement des crédits auprès des établissements financiers pour les besoins de leurs activités.

Le second danger, écologique et sanitaire, résulte de la nature métallique desdits conteneurs. Ceux-ci risquent de dégager de la chaleur qui s’installera plutôt à l’intérieur du marché clôturé. Les commerçantes s’exposent à des difficultés respiratoires.

Il faut dire que la Mairie a très mal choisi son calendrier pour mettre œuvre son projet. Alors que les femmes des marchés de Lomé croupissent sous la mévente en raison de la flambée générale des prix, ces conteneurs débarqués passent pour une indifférence des responsables locaux à la situation de leurs administrés.

Barth K.

Source : icilome.com