Togo-La liste des prisonniers politiques s’allonge de huit personnes

LA DIASPORA DOIT REAGIR !

Togolaise, Togolais de la Diaspora, c’est avec une grande indignation et colère que CODITOGO vient d’apprendre l’enlèvement, dans la nuit du jeudi 27 janvier 2022, de notre compatriote Alfa Ibrahim, résident en Allemagne et en séjour à Lomé. Il est signalé également au même moment le rapt de sept autres personnes, dont Sébabé-Guéffé Tchassanti Nouridine, Trésorier-adjoint du Parti National Panafricain (PNP). Tous, enlevés, sur le même lieu de prière !

A croire qu’à peine sorti de l’examen périodique universel des Droits de l’Homme du Conseil des Nations Unies à Génève, le 24 janvier dernier, le régime togolais, revigoré par cet examen, montre à nouveau, trois jours plus tard, son vrai visage, de terreur et du tout répressif. Et le cycle reprend avec son mode opératoire qui est connu maintenant de tous : Enlèvement suivi de Disparition, puis Réapparition au Service Central de Recherches et d’Investigations Criminelles (SCRIC) de la gendarmerie nationale, plusieurs jours plus tard. Voyez-vous, le Togo n’est plus un pays sûr, même pour les Togolais ! Cela pose une vraie question de la citoyenneté sur laquelle nous devons réfléchir ensemble.

C’est pourquoi, d’ores et déjà, vous êtes, toutes et tous conviés, à une Conférence numérique sur le sujet, le samedi 12 février à 17h GMT. Les modalités de participation seront diffusées ultérieurement.

Au Togo, la répression est quotidienne et les rapts sont légion. Les institutions existent sur papier mais plongées dans un sommeil comateux.

Mêmes les Chefs de parti sont emprisonnés ; qui va animer alors la vie politique du pays ? Les Journalistes sont aussi jetés en prison ; qui va gérer alors le quatrième pouvoir ?

Et la Diaspora togolaise, « persona non grata » au Togo ? Le risque d’image-pays, peu importe !

Notre compatriote Jean Paul Oumolou, en congé au Togo, est embastillé depuis plusieurs semaines dans les locaux de la SCRIC, dans des conditions cruelles, inhumaines et dégradantes. Avant lui, un autre compatriote, Aziz Goma, jeté arbitrairement en prison et sans jugement, depuis le 21 décembre 2018 et qui souffre le martyr au quotidien sous les tortures inhumaines et dégradantes, le rendant actuellement paralytique et grabataire. Aujourd’hui, c’est le tour de Alfa Ibrahim, membre du PNP Allemagne !

CODITOGO élève une vive protestation contre l’état liberticide, de violence, d’emprisonnements politiques, de torture, de terreur, de répression, de violations systématiques des Droits de l’Homme, établi en méthode de gouvernance au Togo et les arrestations arbitraires tous azimuts des membres de la Diaspora en congé sur la Terre de leurs Aïeux.

CODITOGO dénonce et condamne avec véhémence ces enlèvements à la gestapo des Togolais de la Diaspora qui viennent allonger la longue liste de kidnapping des camarades, critiques et opposés radicalement au régime dictatorial des Gnassingbé.

CODITOGO réclame la libération immédiate et sans condition du camarade Alfa Ibrahim, de Jean Paul Oumolou, d’Aziz Goma et de tous les détenus politiques au Togo.

CODITOGO invite la Diaspora et le Peuple togolais à ne pas céder à l’intimidation ni à la stratégie de la terreur de Faure Gnassingbé et à se remobiliser davantage pour mettre fin définitivement à ce régime cinquantenaire, qui, né de la violence, se nourrit et se perpétue impunément dans la violence.

CODITOGO invite la communauté internationale, les organisations des Droits de l’Homme et les médias à cesser de se faire berner par le régime togolais sur les cas de violations systématiques des Droits de l’Homme au Togo, car c’est trop flagrant au quotidien.

Que viennent les tyrans ton cœur soupire vers la liberté !

Unissons nos forces et restons déterminés pour libérer la Terre de nos Aïeux !

Paris, le 29 janvier 2022,

La Coordination générale,

[email protected]

Source : icilome.com