Togo- J’en ai marre des Français

J’ai commencé l’entrepreneuriat en 2009. Je venais de quitter l’armée, et ma première boite s’appelait Templiers, services à la personne. Depuis lors, je n’ai pas arrêté, multipliant les projets, passant d’expériences malheureuses en bonne pioches. Je peux aujourd’hui dire que douze ans plus tard, j’ai eu plus d’une centaine de personnes sous mes ordres. J’ai eu la chance de travailler avec des personnes admirables, comme l’honorable Vincent qui m’a accompagné depuis 2012, ou mon assistante personnelle, Reine, que tout le monde connait car elle est là depuis 2009. Mais il faut aussi l’avouer, les expériences malheureuses sont plus légion, allant des gardiens qui volent mes clients qu’ils sont supposés protéger, (Jaguar Security) en passant par les garçons de ferme qui te bouffent tes œufs après avoir tordu le cou à tes volailles, pour finir sur cette petite sœur qui m’a envoyé en justice parce qu’ayant eu le tort de fermer la librairie en faillite dans laquelle elle travaillait. Personnellement, je ne crois pas que ces dérives existent plus dans notre société qu’ailleurs. Je crois que c’est le propre de nos sociétés contemporaines, ou les valeurs sont plus mises sur la possession au lieu du travail. Tout le monde le dit aujourd’hui, nos jeunes sont plus intéressés par le gain que le labeur. Tous les chefs d’entreprise peuvent le reconnaître, nous avons sans doute beaucoup de diplômés, mais peu de personnel compétent et laborieux.

Mais quand on regarde plus loin, historiquement, depuis les indépendances, nos élites se sont plus caractérisées par la gabegie et les détournements que par le vrai sens de l’intérêt commun. Je suis né un 2 février 1975, c’était le premier anniversaire du retour triomphal, qui succédait à l’attentat de Sarakawa, crime crapuleux qui aurait été orchestré par les Français qui s’opposaient à la nationalisation des mines de CTMB. ET Eyadema a nationalisé les mines de phosphates, et nous avons quand même réussi à faire faillite en vendant de la terre. Ca n’étonnerait personne si on privatise demain la gestion de nos phosphates, comme on le fait de tout ce qui a été précédemment nationalisé, sans jamais présenter des comptes. De toutes les usines créées à cette époque, les 3 glorieuses, seule la sucrerie d’Anié a résisté aux faillites, peut-être parce que gérée par des Chinois. A l’indépendance des pays africains dans les années 60, le Pib de beaucoup de ces pays était supérieur à celui du Vietnam, du Laos ou du Cambodge qui ont connu la guerre jusqu’aux années 70. Pourtant aujourd’hui, nous importons une grande partie de denrées alimentaires de ces pays, sans compter les appareils électroniques.

Un ministre accumule en 5 ans, dans beaucoup de nos pays en Afrique, plus de fortune que n’importe quel président occidental pendant toute sa carrière. Quand les cadres africains vont à des conférences en Europe, les voitures qu’ils utilisent, les appartements qu’ils y possèdent, aucun ministre du pays hôte ne peut se les offrir.

Pendant les 60 ans d’indépendance de nos Etats, nous avons passé plus de temps à nous entretuer, à nous envoyer en exil, à nous mettre en prison, à nous fusiller, que nulle part ailleurs sur les autres continents, en dehors de l’horreur de l’holocauste. En Afrique de l’ouest, les guerres civiles les plus effroyables ont eu lieu au Libéria et en Sierra Leone, où les mutilations les plus atroces ont eu lieu.

Et pour masquer tout cet échec retentissant de notre gouvernance sur un demi-siècle, nos élites ont trouvé un bouc émissaire. Tout ce qui ne va pas bien en Afrique est de la responsabilité des Français.

Tu détournes l’argent. C’est la faute aux Français, d’ailleurs, c’est eux qui détiennent les clés du francs CFA. Mais on parle de détournement mon frère, tu as volé l’argent de ton pays pour mettre dans une banque suisse. Oui, mais c’est la faute aux Français, c’est eux qui ont amené l’argent en Afrique, avant, on faisait le troc.

Tu découpes tes frères à la machette pour un conflit ethnique. C’est la faute aux Français. C’est eux qui nous ont vendu les machettes.

Tu fais coup d’Etat. C’est la faute aux Français, ce sont eux qui arment les militaires.

Tu achètes un appartement d’un milliard de francs au 4eme arrondissement à Paris, alors que ta population meurt de faim. C’est la faute aux Français. Ils ont l’argent et ne nous aident pas.

Attention, je ne dis pas que les Français, tout comme les autres puissance coloniales n’ont pas eu et continuent à avoir des intérêts dans nos pays. Tout Etat cherche à asservir les autres pour son intérêt propre. Les Européens entre eux ne se font pas de cadeaux non plus, se référer à toutes les guerres qu’ils se font depuis des millénaires, et qui ont abouti à l’effroyable seconde guerre mondiale, mais on a rarement trouvé un peuple qui rejette autant la responsabilité de ses propres turpitudes sur un autre peuple.

Les élites ont tellement réussi leur travail de manipulation de masse qu’il n’y a plus aucune redevabilité, aucune obligation de résultat. Si nos dirigeants n’y parviennent pas, c’est uniquement la faute aux Français. La bonne excuse.

Voilà pourquoi j’en ai marre des Français. Quand un Africain prend une arme pour tuer un autre Africain, on dit que c’est le Français qui l’a téléguidé. Mais où se trouve le libre arbitre de l’Africain, sa capacité de jugement, serions-nous de gros enfants? On nous présente la charte de Mandé comme étant les plus vieux commandements qui existent, avant l’arrivée des colons sur la terre Africaine. La charte de Mandé proscrit l’assassinat de son semblable. Où se trouve notre jugement quand le Français nous dit de tuer notre propre frère, de piller les ressources de nos pays, de n’y construite ni hôpitaux ni écoles, d’y supprimer le débat contradictoire et la démocratie?

Le racisme est une Idéologie postulant une hiérarchie des races. Dans son acception générale, le racisme place la race noire au bas de l’échelle, et ceux qui alimentent le plus le racisme anti-noire sont nous-même, tant qu’on continuera à donner l’impression que le noir d’Afrique n’est pas en mesure de penser par lui-même, de décider par lui-même, de faire la distinction entre le bien et le mal. Nous sommes ceux qui nous enlevons notre proportion d’humanité. Nous nous enterrons à ciel ouvert, sans l’aide de personne, derrière les ricanements perfides des autres peuples, qui se gaussent de nous.

Jacques Chirac, après près de 40 ans de vie politique, et 12 ans comme président français, avait, en quittant le pouvoir, moins de ressources financières que la plus part de ministres dans des pays africains. Mais pendant 12 ans, toutes les turpitudes orchestrées par les présidents en Afrique, étaient mises à l’actif de Chirac. Donc, lui ne vole pas son pays, , mais nous apprend à voler les nôtres, et on accepte ça. Comme des moutons.

Virons les Français dans la sublimation de nos échecs. On dit que qu’on est à moitié guéri quand ont décèle sa maladie. La maladie de l’Africain, c’est l’Africain lui-même. Alpha Blondy a dit, les ennemis de l’Afrique, ce sont les Africains. Et il avait raison. Laissons les Français où ils sont, ils ne viennent pas en Afrique pour nos beaux yeux et c’est normal. Ils le font partout sur la planète. La Chine a été colonisée par les Anglais et ensuite par les Japonais, aujourd’hui, elle est seconde puissance économique mondiale. Le Vietnam a été colonisée par la France et bombardé par les USA plus que l’Allemagne n’en a connu de bombes lors de la seconde guerre mondiale, c’est aujourd’hui le quatrième dragon de l’Asie du sud-Est. Il faut cesser de nous abriter derrière les Français et affronter enfin nos propres démons, pour faire comme les Asiatiques, se redresser et exister, fiers de notre identité séculaire et de notre industrie.

Je sais que peu de personnes vont me comprendre. Le lavage de cerveau est tellement profond que les lieux communs vont encore ressortir :

– Et le Franc CFA ? Me dira-t-on. Ce que personne n’ose dire est que dans la zone CÉDÉAO, les pays qui n’utilisent pas le franc CFA ne sont pas mieux lotis (Le Libéria, la Guinée, la Sierra Léone et la Guinée Bissau font rêver peu de pays utilisant le Fcfa) et que depuis 2 ans, les Français nous disent de venir prendre notre franc CFA. Mais nos élites ne bougent pas. La victimisation risque d’être trahie. C’est bien d’abriter la mauvaise gouvernance et le pillage de nos Etats derrière la servitude du franc CFA.

– On va nous parler de nos richesses minières, mais personne n’a le courage de reconnaitre que si les autres pays ne nous achetaient pas ces ressources, on n’en ferait rien, n’ayant jamais pensé à les transformer sur place. Personne ne rappelle que les pays qui nous achètent nos matières premières aujourd’hui sont la Chine et l’Inde, deux pays colonisés comme les nôtres aussi. Personne n’ose rappeler que l’Afrique ne représente que 2% des échanges commerciaux au monde, et qu’en dehors de quelques ressources rares, le monde peut continuer à fonctionner si jamais quelqu’un fermait l’Afrique. Il y a tellement de prestidigitation: Le monde entier nous pillerait nos richesses minières. Sans le monde entier, on n’aurait même pas su pas qu’on avait des ressources, et de toutes les façons, à l’état brut, elles ne valent pas grand-chose.

Mais à vous, fidèles lecteurs de ma page, répondez uniquement à cette question. Chaque fois que quelqu’un vous a fait du mal, vous a volé, trahis, menti, escroqué, à combien de reprises un Français était-il impliqué. Combien de fois ce n’était pas le DG, le ministre, le député, le jeune qui cherche boulot, le voisin, le cousin, le frère ? Et vous comprendrez pourquoi je dis que nous subissons la plus grande manipulation du siècle en Afrique. Tout ce qui nous arrive n’est pas la faute des Français, même s’ils y ont une certaine responsabilité en voulant systématiquement se voir en grande puissance ayant sa zone d’influence. Nous sommes dans cette situation parce que nos élites ont choisi de brader nos Etats à l’étranger, au plus offrant, depuis les indépendances. C’est tout. Le jour où nous aurons des patriotes et des hommes Etats parmi nos élites, on découvrira qu’on peut faire de belles choses pour nos pays, avec ou sans les Français. Mais ce sera souvent avec eux car nous parlons leur langue, et formons nos élites chez eux, à défaut de créer de bonnes écoles chez nous. Les chinois, les Vietnamiens et le Ethiopiens par exemple ont conservé leur langue, et forment leur jeunesse dans celle-ci. Et ça fait toute la différence.

Puissions-nous puiser dans la puissance de l’âme de nos ancêtres, la force de reconnaitre nos turpitudes et reconstruire une Afrique consciente de son immense potentiel.

Bref, peu liront jusqu’à la fin, comme d’habitude. Pauvre de nous.

Gerry, blasé.

Source : icilome.com