Togo-Election à l’UTOCI : Napoléon Gbati, un sérieux candidat

Poussé par une partie importante de ses compatriotes établis dans le pays, Napoléon Gbati annonce sa candidature à l’élection de l’Union des Togolais de la Côte d’Ivoire (UTOCI) qui aura lieu dans deux mois.

Entrepreneur épanoui, le gérant de Queen Jennifer grâce construction Sarl (QJG) a franchi le pas pour au moins deux raisons. La première est que sa candidature, selon lui, est placée sous le signe de la réconciliation après avoir fait le constat que les filles et fils du Togo installés au pays d’Alassane Dramane Ouattara (ADO) ne s’entendent plus comme avant. Or rien de durable ne se fait dans la division, autrement dit : l’union fait la force.

C’est un secret de Polichinelle de dire que l’UTOCI traverse une période délicate de son existence ces dernières années. Et son entourage estime qu’il est l’homme de la situation pour en quelque sorte ramener le calme dans la maison.

La seconde que Napoléon Gbati déborde de projets dont son élection permettra d’implémenter au grand bonheur des Togolais vivant en Côte d’Ivoire.

Son atout, il connait presque tout le monde, entretient de bonnes relations avec les uns et les autres voire avec les autorités politiques et administratives du pays d’accueil. Bien qu’il promette une nouvelle dynamique, certains diront une rupture, le candidat promet travailler avec tout le monde. « Ma porte de mon bureau restera ouverte à tout le monde si mes compatriotes me font confiance. C’est ensemble que nous allons relever les défis qui sont devant nous », confie-t-il, enchaînant qu’il s’emploiera pour mettre fin aux guerres de leadership qui sapent, parfois, le vivre-ensemble au sein de la communauté togolaise.

« Notre ambition est de construire une Union des Togolais de Côte d’Ivoire, UTOCI donc, plus forte, plus inclusive, plus représentative », ajoute Napoléon Gbati, misant, pour y parvenir, sur le triptyque : réconciliation, la restauration et la relance, une sorte de 3R.

Pour le moment, il est le seul candidat déclaré. Le président sortant, Douti Kolani, n’a encore, officiellement, dit s’il se représentera pour un nouveau mandant de quatre ans ou non.

Source : icilome.com