Togo-Dr Christian Spieker : « Notre problème au Togo n’est pas un problème juridique mais un problème politique »

0
108

Depuis une semaine, on a appris sur les réseaux sociaux que notre constitution, notre Loi fondamentale est en cours de révision et que nous allons passer du régime semi-présidentiel au régime parlementaire. Moi, j’approuve ce changement du régime présidentiel. De tout temps j´ai défendu ce régime parlementaire dans mes écrits et ce n´est pas aujourd´hui que je vais dire le contraire car j´ai passé plus de deux décennies dans un pays qui fonctionne sous ce régime et je connais ses avantages. Pour le cas du Togo, peu importe le moment de son avènement ou de ceux qui il émane. Ce qui compte pour moi et que j’ai toujours préconisé sont la qualité et les avantages du régime parlementaire qui peuvent faire avancer notre pays « si et seulement si » on en fait un bon usage sur le plan politique, économique et démocratique.

Les leaders de l´opposition ont dénoncé ce projet de révision. Tous les commentaires lus sur ce sujet vont tous dans le même sens, à savoir la dénonciation de cette initiative en raison de l’expiration du  mandat des députés. Alors, je voudrais donner ma position sur ce point : ma constance ne me permet pas d´aller dans le sens de la dénonciation qu´eux, sinon où serait ma logique ?

Déjà en mars 2015 j’ai recommandé ce régime pour notre pays dans un écrit de 4 pages pour présenter les avantages du régime parlementaire au président de la République mais je n’ai pas eu de réponse de la part de la présidence. J´avais envoyé le courrier de l´Allemagne. Mais je n´ai pas abandonné de souhaiter ce régime pour notre pays. La politique est une conviction. Ça fait partie de mon projet politique. Presque dans tous mes articles lorsqu’un sujet sur la politique de notre pays se rapproche à ce sujet, je l’invoque toujours avec constance, car politiquement ce régime parlementaire pourra nous permettre de résoudre nos problèmes juridiques dans le contexte togolais. En mars 2024, 8 ans après, jour pour jour, après avoir suggéré ce régime pour notre pays, on nous parle d’un projet de révision à l’assemblée nationale, un sujet qui alimente les débats centrés sur l’illégalité des députés qui étudient cette révision.

Les opposants à ce projet fondent leurs arguments sur le droit car ils soupçonnent les initiateurs de ce projet de vouloir faire pérenniser le chef d’Etat au pouvoir car dans le régime parlementaire, il n’y a pas de limitation de mandat, puisque le Premier ministre n’est pas élu au suffrage universel direct. Ça peut-être la motivation principale de cette révision constitutionnelle. Mais devons-nous seulement nous focaliser sur cet aspect juridique de la chose en oubliant les biens fondés du régime parlementaire dans un pays? C’est ma question posée avec objectivité qui va me démarquer de tous ceux qui sont intervenus dans le sens contraire sur ce sujet mais qui ont quand même raison de soupçonner le pouvoir en place de vouloir faire pérenniser le chef de l’Etat au pouvoir.

Sur ce point, je suis parfaitement d’accord avec eux. Mais donnons la chance à ce projet d’aboutir car c’est possible que Faure Gnassingbé au pouvoir, choisisse le pouvoir honorifique en demeurant président de la république dans le nouveau système et ne pas vouloir continuer par gouverner le pays. C’est pourquoi je donne de l’espoir à ce projet de révision. Tout ça, ce sont des hypothèses à ne pas écarter d’emblée, même si on connaît comment fonctionne la maison « bleu blanc ». C’est ma constance dans la préconisation du régime parlementaire pour notre pays qui me permet d’accueillir favorablement cette révision constitutionnelle. L’aspect juridique du sujet pèse moins pour moi que l’aspect politique. Notre problème au Togo n’est pas un problème juridique mais un problème politique. C’est parce qu’on a un problème politique récurrent dans notre pays qu’on n’arrive pas à résoudre nos problèmes juridiques. C’est ce régime sans doute qui nous permettra à résoudre nos problèmes juridiques. Pour cela, j’invite mes compatriotes à voir les avantages de ce régime parlementaire. La raison qui pousse les uns et les autres à dénoncer cette révision en fin de mandat est tout à fait fondée et légitime mais en toute objectivité, je ne vois pas les choses de cette manière, étant même aussi juriste. Je fonde ma raison sur ce que ce régime pourrait nous apporter politiquement au Togo dont on ne mesure pas encore la portée car les hommes passent mais les écrits restent de même que la nouvelle constitution qui survivra aux hommes et femmes qui l´ont faite.

Je suis le premier à préconiser ce régime parlementaire depuis que Faure Gnassingbé est au pouvoir,  et je suis toujours prêt à le défendre (le régime parlementaire), peu importe celui de qui il émane ou qui le met en place. Moi, je ne vois que le bon côté de ce régime pour notre pays. Les gens voient seulement le côté juridique de cette révision mais c’est le côté politique de la chose qu’il faudrait voir surtout.  Pour moi, peu importe si les députés sont en fin de mandat. Ce que ce nouveau système politique pourrait nous apporter, prime le droit pour moi.

Pour le mécanisme même du régime parlementaire, il faut retenir ce que cela pourrait engendrer comme changement majeur dans notre système politique : celui qui deviendra président du Conseil des ministres participera aussi aux élections législatives en 2025 à la fin du mandat présidentiel de Faure Gnassingbé car le Premier ministre dans le système parlementaire est avant tout un député élu dans sa circonscription électorale. Que ce soit en Allemagne, en Italie, en Grande Bretagne ou ailleurs encore, celui qui est choisi pour gouverner, participe aussi aux élections législatives.

Par exemple si Faure Gnassingbé voudrait devenir Président honorifique, il ne participera pas aux élections législatives mais s´il ambitionne de devenir aussi Président du conseil des ministres, il est dans l´obligation de participer aux prochaines élections législatives quand son mandat va terminer en 2025… Il va siéger aussi avec les députés d’UNIR à l’assemblée nationale. Ce serait une occasion pour les députés de l’opposition de le questionner sur les sujets politiques et il va répondre comme le fait le chancelier en Allemagne ou partout dans les régimes parlementaires. Souhaitons seulement que ce régime ne soit pas taillé sur mesure pour Faure Gnassingbé et qu’il réponde vraiment aux critères du régime parlementaire. C’est de la sorte qu’il fonctionnera très bien et peut servir de modèle  de société aux pays de la sous-région.

Qu’est-ce qui prouve que Faure Gnassingbé ne pourra pas devenir aussi Président de la République en se contentant seulement des pouvoirs honorifiques au cas où le système politique venait d’être mis en place? Donc, il ne faut pas juger à la halte ce changement de régime parlementaire. Ce régime peut nous apporter de la cohésion sociale. Les partis politiques apprendront à travailler ensemble au gouvernement. On fera  d’économie car il n’y aura plus des élections présidentielles au Togo mais seulement les élections législatives. Certains peuvent dire qu’il n’y aura plus de limitation de mandat pour le Premier ministre. Certes, mais que l’opposition se batte aussi et s’organise pour avoir plus de députés aux élections législatives afin que le Premier ministre sorte de son camp. Moi, je n´écarte pas que je peux diriger un jour ce pays en tant que Premier ministre. C´est le rêve de tout homme politique.

Ce que je peux préconiser ici c’est l’appellation du chef du gouvernement. Il serait mieux qu’il prenne le nom Chancelier que d’être appelé Président du conseil des ministres. C’est long et surtout ça prête à confusion dans l’esprit des profanes car ils vont entendre Président quand on désigne le Président du conseil des ministres et aussi président quand on désigne le Président de la république. Les deux personnalités du pays vont s’appeler Présidents. Il est noble, moderne et simple que le chef du gouvernement prenne donc le nom Chancelier et on dira le chancelier togolais.

Ce qui est beau à entendre, c’est le nom Chancelier togolais à la place du Président du conseil des ministres qui est d’ailleurs trop long et qui pourrait semer de confusion avec l’appellation du président de la république dans la tête des profanes.

Donc je suis dans mes plus beaux jours quand j’ai appris que le Togo passera du régime semi-présidentiel au régime parlementaire car je veux du bien pour mon pays, peu importe de qui ce changement émane ou quelle assemblée l’a voté. C’est la qualité du régime parlementaire qui prévaut chez moi et non celui qui le met en place.

Je suis fier, que ce que je préconise depuis 2015 finit par voir le jour en 2024. Je suis fier qu’une partie de ma vision politique se réalise dans mon pays, même  s’il ne vient pas de moi-même.

Soyons fiers que nous sommes les premiers à le mettre en place en Afrique occidentale francophone. Soyons les visionnaires pour notre pays et pour les autres.

Dr. Christian SPIEKER

Président de l’association GERMANY IS BACK 

Source : icilome.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.