Togo-Dr Albert Kate relance le débat sur la question des papiers pour les enfants des Togolais de l’extérieur

Dr Kate

Tout en saluant l’accord entre Lomé et Rabat, supprimant le visa de voyage entre les deux pays, l’activiste Dr Albert Kate estime qu’il urge que le gouvernement trouve une formule facilitant l’obtention des papiers aux enfants des Togolais établis à l’extérieur.

Le 21 juillet 2022, le Togo et le Maroc ont signé un accord supprimant le visa pour les détenteurs de passeports ordinaires entre les deux pays. Ce qui signifie que le Togolais détenteur de passeport ordinaire peut se rendre au royaume chérifien sans avoir à présenter un visa d’entrée. Et vice versa.

Depuis vendredi 9 septembre 2022, cette convention est entrée en vigueur. « Entrée libre effective et libre circulation entre Togolais et Marocains. Vive la coopération entre le Togo et le Maroc », jubile Prof. Robert Dussey, le chef de la diplomatie togolaise.

Dr Albert Kate, un délégué du Haut Conseil des Togolais de l’extérieur (HCTE, Etats Unis) se félicite de cet accord. Il constitut « un grand exploit », écrit-il même sur twitter.

Le leader d’opinion profite de cette occasion pour ouvrir « le débat sur la question de « sans visa » pour les enfants des Togolais de l’Extérieur et la facilitation pour obtention de leurs papiers togolais ».

En effet, Dr Albert Kate revient sur les difficultés que rencontrent ses compatriotes de la diaspora pour se faire établir à leurs enfants des papiers de leur pays d’origine. C’est un véritable parcours de combattant que de vouloir le faire.

D’où, recommande M. Kate, que le ministère des Affaires étrangères tienne compte des cas de ces enfants n’ayant pas de papiers togolais, mais issus de parents ayant la nationale togolaise. Dans le cas contraire, au moins que les frais de visa soient baissés, plaide-t-il, demandant également qu’« une disposition systématique » soit mise en place « pour faciliter l’obtention des pièces d’origine depuis l’étranger », de telle sorte que le Guichet Diaspora s’en occupe à Lomé, insiste celui qui est formé pour être administrateur civil.

Source : icilome.com