Togo-Crise à l’UFC : tête-à-tête Sena Alipui-Elliott Ohin à Lomé

0
337

Le conseiller spécial de Gilchrist Olympio, patron de l’Union des forces de changement (UFC), a rencontré le désormais ancien deuxième vice-président, suspendu pour fautes graves.

21 décembre 2022. Sena Alipui, proche des membres du Bureau directeur de l’UFC, a eu un tête-à-tête avec Eliott Ohin, deuxième vice-président, accusé de détournement de fonds, au siège du parti situé dans la commune du Golfe 4, à Lomé donc.

Pourquoi une telle rencontre, d’autant plus que les deux cadres de la formation politique à la couleur jaune se regardent en chiens de faïence depuis quelques mois ? C’est la question qui brûle certaines lèvres. La réponse à cette interrogation est trouvable sur le site internet du visiteur (https://alipui.com/nouvelles/f/21-d%C3%A9cembre-2022-rencontre-avec-elliott-ohin).

Cette visite (surprise ?) s’explique par au moins deux raisons fondamentales. En effet, la première s’origine dans le fait de permettre aux membres du bureau directeur de pouvoir se rendre au siège du parti sans difficulté. Depuis que la crise a commencé, et surtout après que l’ancien ministre des Affaires étrangères est déchu de son poste, ses proches empêchent les détracteurs de leur champion d’y avoir accès. C’est devenu un repaire « des rares militants radicaux » voire violents.

Le second motif est que cette visite a été l’occasion pour le troisième vice-président de l’Assemblée nationale d’échanger avec Elliot Ohin « pour essayer de le ramener à la raison, lui faire comprendre la gravité des actes qu’il a posés et également échanger avec lui sur la nécessité pour ceux qui l’entourent, même si leur nombre est faible, de rompre avec la violence et l’invective et de rejoindre la dynamique d’organisation du congrès pendant que la justice, elle, suit son cours ».

« Une fois les échanges de vues achevés, la rencontre a pris fin », peut-on lire sur le site internet. Les deux hommes se sont également rencontrés le 10 août 2022.

Accusé d’avoir fait main basse sur une quinzaine de millions de FCFA, Elliott Ohin a déposé une plainte en justice (citation directe) pour diffamation. Son objectif, laver son honneur, dit-il.

« On ne peut pas diffamer les gens gratuitement de cette manière-là. Quand on met sur le dos de quelqu’un les actes qu’il n’a pas commis et qu’on le publie partout, c’est de la diffamation. Ils n’ont qu’à venir pour qu’on en parle. La justice est là pour faire son travail. Il faut rétablir la vérité », a-t-il déclaré le 12 novembre dernier à l’issue du premier jour d’audience à laquelle le camp d’en face n’était pas présent.

Le procès a été reporté au 2 janvier 2023. A cette date, les deux parties ont-elles été au Tribunal ? Pour le moment, Icilomé n’en sait rien. Toutefois, il faut préciser qu’au sein de l’UFC, certaines personnes s’emploient (également mouillées ?) pour que la plainte soit retirée et que le linge sale se lave en famille. Affaire à suivre de près !

Source : icilome.com