Togo-8 Mars 2022 : Maryse Quashie écrit à ses « sœurs togolaises »

Maryse Quashie

Mme Maryse Quashie n’est plus à présenter. Dans une lettre ouverte à ses « sœurs togolaises », l’universitaire et actrice de la société civile se pose des questions sur les vrais sens de la fête du 8 mars, Journée des droits des femmes. Au-delà des pique-niques et des festivités, Maryse Quashie invite ses sœurs à faire de cette journée de 8 mars, une journée pour exiger l’amélioration des conditions de vie et de travail de toutes les femmes du pays. Lecture!!

LETTRE OUVERTE A MES SŒURS TOGOLAISES A PROPOS DU 8 MARS

Voici ce que j’ai appris : à l’occasion du 8 mars, mes sœurs togolaises, certaines d’entre vous s’apprêtent à aller participer à des pique-niques, habillées d’un pagne spécial qu’elles ont acheté et fait coudre, elles se préparent pour aller se réjouir. Alors, le 8 mars serait-elle donc une fête des femmes, comme la fête des Mères qui célèbre les mères, la fête des grands-mères qui met à l’honneur des grands-mères ?

MAIS CE 8 MARS 2022, QU’AVONS-NOUS A FÊTER, NOUS LES FEMMES TOGOLAISES ?

-Allons-nous célébrer le fait que, plus notre famille est pauvre, moins nos filles ont des chances d’aller à l’école, moins elles ont de chances d’aller longtemps à l’école, allons-nous célébrer le fait que nos filles profitent moins de l’école que les garçons ?

-Allons-nous nous réjouir de ce que notre travail harassant à la maison, aux champs, n’est guère reconnu puisque sur notre carte d’identité (lorsque nous en avons une) il est indiqué que nous n’avons pas de profession ?

-Allons-nous fêter nos difficultés à trouver un moyen de faire garder nos enfants lorsque nous sommes obligées de travailler en vue d’améliorer les revenus de notre famille ? Allons-nous fêter ces longues heures à trimer pour entretenir un commerce qui ne rapporte presque rien, à exercer sans considération sociale notre métier de couturière, de coiffeuse, d’aide à domicile ?

-Allons-nous nous réjouir de ce que, malgré tous nos efforts, nous n’arrivons pas à faire manger nos enfants à leur faim, de ce que nous sommes obligées de les faire dormir dans les deux petites pièces que nous partageons à sept, de ce que nous n’arrivons pas à les faire soigner convenablement ?

Il y a certainement des femmes qui ne vivent pas les difficultés qui viennent d’être citées, et elles participeront donc à ces pique-niques à l’occasion du 8 mars. Mais quelles sont leurs véritables motivations en vérité ?

POURQUOI DES FEMMES FONT-ELLES DU 8 MARS UN JOUR DE FÊTE ?

En fait, comment les participantes aux réjouissances du 8 mars 2022 pourront-elles se réjouir en vérité, elles qui vivent à côté de celles qui ont un quotidien de souffrance ? Achèteraient-elles les produits alimentaires à un autre prix que nous autres ? Paieraient-elles l’électricité, l’eau, le charbon à d’autres tarifs que nous autres ?

-Serait-ce finalement à cause d’elles que lorsque certaines d’entre nous ont voulu protester contre la vie chère, cela n’a pas marché ? En fait, comment les adhérentes aux festivités du 8 mars 2022 pourront-elles chanter dans un pays où elles peuvent entendre leurs sœurs gémir dans les maisons voisines des leurs ? Elles n’auraient peut-être pas à pleurer comme nous autres à cause d’un frère, d’un mari, d’un fils, molesté et brimé, injustement enfermé en prison ?

N’auraient-elles aucun sujet de plainte par rapport à leur quotidien de femmes, de travailleuses, de citoyennes ?

-Serait-ce finalement à cause d’elles que dans notre pays on a de moins en moins le droit de donner son point de vue, de se plaindre, de protester ? En fait comment les participantes aux réjouissances du 8 mars 2022, peuvent-elles être assez en forme pour aller danser le 8 mars, pendant que d’autres n’arrivent pas à dormir la nuit en pensant à leur descendance ? Ne se poseraient-elle pas de question à propos des chances qu’auraient leurs enfants de trouver un emploi, d’avoir accès à la propriété ?

-Serait-ce finalement à cause d’elles que dans notre pays une minorité s’accapare des richesses en appauvrissant tous les autres pour que leurs descendants ne manquent de rien pendant des générations ?

Cela ne semble pas possible, n’est-ce pas ? En fait, il semble que ces femmes, n’ont pas une correcte compréhension de la date du 8 mars. Nous qui savons ce qu’est le 8 mars, crions-le d’un bout à l’autre de notre pays :

LE 8 MARS EST LA JOURNÉE DES DROITS DES FEMMES !

Alors aucune d’entre nous ne se réjouira tant que les droits des femmes ne seront pas assurés. Au contraire, nous nous servirons du 8 mars pour réclamer ces droits. Aucune d’entre nous n’acceptera qu’un pique-nique, ou un pagne, puisse la débarrasser de l’angoisse qui enserre nos cœurs lorsque nous pensons au droit à l’avenir dont notre société actuelle prive la jeunesse.

En cela le 8 mars concerne toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté qui luttent pour les droits de tous.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.