Home Société Terrorisme au Togo : un appel lancé à toutes les Confréries traditionnelles

Terrorisme au Togo : un appel lancé à toutes les Confréries traditionnelles

0
395
FDS-terrorisme-terroriste-Togo-djihadiste-Kpendjal.jpg

Il est des moments dans la vie d’un peuple où l’on a l’impression que l’histoire s’installe comme cette image symbolique qui veut qu’il n’y ait, « Rien de nouveau sous le soleil ».

Et malgré le monde qui semble changer, tout ici semble rester identique.

Depuis les peuplades primitives jusqu’à nos jours, les Africains sont toujours restés dans la contemplation du monde comme il va, où le défaitisme devient norme et l’émotion une loi.

À chaque fois que l’occasion nous est donnée de briller de mille feux, on rate le coche !

L’occasion, c’est ce qui se passe actuellement avec les djihadistes au nord du Togo où nos forces de défense et de sécurité sont à bout de souffle…

C’est à se demander si ce n’est pas le moment pour nos sages détenteurs de la science traditionnelle initiatique millénaire,  foisonnant de mille richesses mystiques et spirituelles de se mettre en branle pour prouver le bien-fondé de cette science mystique ?

Pourtant que nous dit-on ? Ou, qu’est-ce qu’on nous a appris depuis notre tendre enfance jusqu’à ce jour ? Que le DEKONOU, (pratique ancestrale) ne ment pas et que la science mystique africaine est tellement puissante qu’elle est capable de reproduire les miracles de Moïse en séparant n’importe quel océan agité en deux parties pour se frayer un passage. Mais, là encore on ne les entend pas, on ne les voit pas se bousculer sur le perron de Lomé 2 pour proposer leurs services occultes à la présidence ou au gouvernement ou à la nation entière afin que de ce côté là aussi, l’on puisse avoir une situation intermédiaire et alternative susceptible de donner une lueur d’espoir face à la souffrance, aux meurtrissures des forces de défense et de sécurité et des populations environnantes.

C’est ainsi, lorsque nos ancêtres avaient subi les méfaits de ce qu’on appelait la traite négrière, où le modèle économique érigé en règle de l’époque était le commerce d’esclaves noirs déportés d’Afrique durant près de treize siècles, phénomène historique en raison des dizaines de millions de victimes déportées d’un continent à l’autre, cette force mystique qui existait déjà ne s’était fait remarquer ou du moins pas suffisamment déployée pour vaincre les esclavagistes.

Je me suis toujours posé la question de savoir : qu’est-ce qui n’a pas marché ou quel a été l’obstacle à l’exercice d’une telle pratique dont on nous a  toujours clamé la pertinence, l’efficacité et surtout la raison d’être ?

Ces deux formes, c’est à dire la traite négrière et l’esclavage étaient pratiquées simultanément au sein d’une même société. Au nom de traite négrière on pouvait enlever et commercer des Noirs d’Afrique, puis les dépoter vers des destinations où ces hommes, femmes et enfants étaient réduits en esclavage. Pendant tout ce temps, les détenteurs des sciences mystiques étaient où ?

Y-a-t-il eu un casus belli entre nos détenteurs qui les auraient obligés à trépasser avec leur savoir-faire et savoir ancestral ? À cette réponse, je ne crois pas non plus, puisque ces savoir- faire et savoir ancestral ont transcendé le temps jusqu’à nos jours. !? Ou du moins, ils ont essayé, mais le succès n’était guère retentissant… Je n’en sais rien… Dans ce cas aussi, comment le succès peut ne pas être au rendez-vous, puisque certaines pratiques héritées du passé montrent leur quintessence et leur splendeur aujourd’hui… Je m’interroge.

Il s’en est ensuivi un autre phénomène où les Européens donnaient des justifications de la colonisation de l’Afrique comme étant nécessaire à son émancipation… Pour les colons européens, les Africains étaient inférieurs à eux et qu’ils devaient les civiliser en leur apportant les bienfaits de cette sainte civilisation occidentale. À l’époque, les notions de supériorité et d’infériorité des races étaient omniprésentes. Bien avant les Européens, c’étaient les Portugais qui créèrent la première colonie de l’Histoire, sur l’île de Sao Tomé et Principe, dans le golfe de Guinée, à l’origine inhabitée. Et là aussi les pouvoirs mystiques de nos aïeux n’ont pas pu faire sortir leur lettre de noblesse, ils ont brillé par leur inefficacité ou leur insuffisance. Je m’interroge… Aujourd’hui, je n’interviens pas pour combattre frontalement la néo-colonisation qui a plutôt des allures de géo-économie et donc plus diffuse, plus maligne, plus dangereuse, plus pernicieuse et plus vicieuse… Je veux interpeller les hommes de culte Vodou, des marabouts, et tous ceux qui prétendent détenir une quelconque force mystique pour soit faire des miracles ou soit sauver des vies humaines…

Au fait de quoi parlons-nous ? Je vais paraître ici, totalement irrationnel mais, je n’en ai pas le choix car l’humain, c’est aussi la manifestation de la dualité, de deux mondes ; un monde spirituel (irrationnel) et l’autre physique. Deux polarités ; l’esprit (polarité positive) et la matière (polarité négative), le Soleil (polarité positive) et la Lune (polarité négative). De deux principes ; Masculins et Féminins. Ces conditions sont nécessaires à l’émanation de la  vie sur terre. Cette dualité est donc la résultante des quatre éléments (Terre, Air, Eau, Feu). Ces derniers constituent les fondamentaux de l’univers cosmique et dont l’homme est symboliquement, le cinquième élément, c’est à dire l’étoile flamboyante. Cette étoile, selon ses vertus spirituelles reçues lors de son incarnation, ces dons peuvent se développer pour atteindre le sixième sens (la claire audience et la claire vision)…

La science initiatique traditionnelle africaine utilise parfaitement ces quatre éléments pour être en harmonie avec l’univers cosmique, pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne de nos populations. Ainsi, dans nos coutumes, on utilise couramment une panoplie de choses en phase avec les quatre éléments pour éloigner, éliminer, atomiser les ennemis, guérir les maladies rares, données la prospérité, la réussite et que sais-je !?

Depuis ma tendre enfance, et au vu, de toutes ces connaissances, je me suis toujours interrogé. Comment se fait-il que nos  ancêtres qui étaient dépositaires d’une telle science n’aient pas été capables de mettre en exergue ces pléthores de moyens mystiques ? Ne fût-ce que pour nous mystifier ???

Et cette même problématique se pose aujourd’hui au vu de ce qui se passe dans le Nord du Togo où le terrorisme bat son plein comme au Burkina voisin, le Mali, le Bénin le Nigeria…

Au Nord du Togo, là où l’on clame d’une manière trébuchante et sonnante la puissance mystique, ne sont-ils pas capables de piéger mystiquement ces sales individus pour les mettre hors d’état de nuire ?

N’est-ce pas là aussi, dans le septentrion, précisément dans le Pays Niamtougou, on nous parle des avions nocturnes ???.! Je veux dire ceux-là mêmes qui effectuent des voyages astraux pour accomplir des sales besognes et des missions diverses et variées, ne peuvent-ils pas charger ces avions nocturnes de missiles sol-air de charge *nucléaire mystique* pour détruire tout mouvement djihadiste ?

Et la région maritime, en passant par la région centrale, où nous avons une très grande concentration de prêtres Vodou qui utilisent par exemple une des puissances d’un des quatre éléments, c’est-à-dire l’élément feu, où l’archange chef est appelé HEBIESSO, capable de soulever et détruire les voleurs à la demande du détenteur au travers des secrets ou des formules incantatoires pour déclencher les forces qui rentrent en résonance de cet archange. Tous ces prêtres ne peuvent-ils pas prêter main forte à nos forces de défense et de sécurité qui subissent constamment des pertes en vie humaine ?

N’est-ce pas le moment ou jamais de parler des armes spirituelles ? Tous ces grands marabouts, tous ces chefs religieux, tous ces chefs traditionnels qui mangent à tous les râteliers du régime en place ne peuvent-ils pas nous montrer à jamais la puissance et la splendeur profonde de legs qu’ils ont hérité de nos ancêtres ?

Mes chers aînés et Togbui, chefs traditionnels, ne soyez pas seulement parés de vos habits traditionnels avec sa cohorte de bijoux ornementaux, de chapeaux royaux sans pouvoir être des acteurs décisifs, vous devriez être capables d’identifier, de regrouper les plus puissants d’entre vous de vos localités pour agir ensemble sur le plan invisible afin non seulement d’aider le gouvernement dans sa lutte contre ce fléau terroriste, mais aussi être utiles à l’humanité. Votre rôle sera salutaire pour des vies humaines sauvées. Je me mets à votre disposition et vous  invite au travail. À organiser, à vous regrouper pour débusquer tous les tradipraticiens que vous jugerez crédibles, puissants et capables d’obtenir des résultats probants et immédiatement.

Nos anciens avaient essayé, mais ils ont été soit trahis par les siens, soit ne sont pas allés jusqu’au bout de leur forces mystiques. Vous, nos aînés et sages, devraient nous montrer autre chose. Vous devez être à la hauteur des enjeux de l’heure et graver devant le tribunal de l’histoire la pierre philosophale. Je vous exhorte à vous mettre en branle dès aujourd’hui, pour piéger et montrer une fois pour toute à tout envahisseur djihadiste que la terre de nos aïeux est sacrée et ne peut pas être souillée et maltraitée de la sorte.

J’exhorte le gouvernement à œuvrer également sans délai dans ce sens. Nos sages auront besoin de la mise à disposition des moyens sacro-saints au profit des détenteurs de pouvoirs spirituels. Nos dirigeants africains savent de quoi je parle, ils savent bien utiliser ces forces occultes à tout instant comme le mouvement des aiguilles d’une montre.

Mes chers Togbui, je lance ce vibrant appel à votre endroit pour que s’il arrive que ce message recueille votre réaction positive, si ce message a un écho favorable dans vos cœurs, s’il retient votre attention, alors là, les actions que vous serez amenés à réaliser monteront au ciel et leurs retentissements descendront jusqu’à la terre des vivants. Et là, seulement, ces retombées serviront la postérité et constitueront un modèle et une impression indélébile dans l’univers !

Je suis toutefois désarmé devant la situation terroriste au nord du Togo, je n’ai ni le pouvoir politique ni le pouvoir militaire, je ne suis ni un élu ni ministre et face à ces désarrois, mon cœur et mon âme saignent à l’idée de penser que chaque nuit qui passe est une nuit de peur pour les FdS et les populations… Chaque jour qui passe est un jour qui rapproche inexorablement une franche de notre population à l’orient éternel d’une manière prématurée.

Tout ce que je peux donner à mon pays aujourd’hui c’est de lui offrir les services mystiques et spirituels des détenteurs de ce pouvoir ancestral afin qu’eux aussi à leur niveau, puissent accomplir leur part de mission en apportant leur modeste Pierre à l’édifice national.

Soter-Caïus DOVI

#SCD

Source : Icilome

Source : Togoweb.net