Secret de Palais: le dernier coup de poker d’Agbéyomé

Convoqué le 10 juillet dernier par le doyen des juges d’instruction dans le cadre de la procédure ouverte contre lui et trois autres de ses compagnons, le candidat malheureux à la dernière élection présidentielle ne s’est pas présenté, ainsi qu’il l’avait annoncé quelques jours auparavant sur les réseaux sociaux. Depuis, Agbeyomé Kodjo est porté disparu, la rumeur l’envoyant se réfugier au Ghana, après avoir traversé la frontière déguisée en femme.

Lire aussi:Disparition brusque d’Agbeyomé: ses avocats donnent plus de précisions


Le feuilleton Agbéyomé Kodjo dont beaucoup avaient imaginé la fin de la première saison après son inculpation le 24 avril dernier, connaît de nouveaux épisodes. Poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation, notamment ceux d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État, d’usage des insignes de l’État, de nominations illégales, de troubles aggravés à l’ordre public ainsi que de dénonciations calomnieuses, il avait été libéré et placé sous contrôle judiciaire, avec des conditions dont l’interdiction de quitter le territoire sans autorisation et celle de faire des « déclarations tendant à la remise en cause des résultats de la présidentielle du 22 février 2020 ».
Il est également interdit de « tous propos, déclarations, ou attitudes tendant à remettre en cause et à saper l’ordre constitutionnel et institutionnel ». Depuis, l’ancien Premier ministre s’était terré chez lui, évitant toute déclaration publique et ne s’épanchant qu’auprès de quelques rares visiteurs du soir, qui faisaient encore le déplacement de sa villa du quartier de Forever. A ceux-ci, il confiait son ennui et se plaignait de son « oisiveté imposée », tout en continuant à revendiquer sa victoire aux élections.
Dans une sortie relayée par la presse et les réseaux sociaux début juillet, il a fini par soutenir publiquement être le vainqueur du scrutin du 22 février, s’en prenant encore une fois aux institutions de la République et au chef de l’Etat. Quelques jours plus tard, il est invité par le doyen des juges d’instruction à se présenter par devant lui.
Dans un message audio, il a annoncé qu’il ne se rendrait pas à la convocation et est depuis, porté disparu. Des rumeurs l’annoncent au Ghana, ce que ne confirme ni n’infirme son entourage ; Brigitte Adjamagbo- Johnson se contentant par exemple de soutenir qu’il « reste engagé en faveur du combat pour l’alternance ».
Quant à ses avocats, ils n’ont pas été mis au courant du refus de leur client de déférer à l’invitation du juge, reprenant cependant à leur compte les propos que celui-ci a diffusés sur les réseaux sociaux : « après des investigations sérieuses et croisées, il ressort que des desseins hautement malveillants seraient planifiés contre sa personne dans le cadre de cette convocation dont l’ultime but est de l’éliminer par tous les moyens…»; « dans ces circonstances, il a choisi de ne prendre aucun risque »

Lire aussi:Dernière minute: Agbéyomé s’est déguisé en femme pour traverser la frontière?


Mandat d’amener

En refusant de répondre à la convocation du doyen des juges d’instruction alors qu’il est sous contrôle judiciaire, le président autoproclamé court de grands risques. En effet, le contrôle judiciaire est une mesure d’aménagement d’une autre qui devrait être plus coercitive, par exemple la détention préventive ou provisoire.
De fait, le justiciable qui n’observe pas les mesures de contrôle, devrait se voir davantage contraint à celles plus coercitives. En occurrence, le doyen des juges d’instruction peut délivrer contre Agbéyomé Kodjo un mandat d’amener pour lui être présenté, voire un mandat d’arrêt.

Judiciarisation de la situation

Depuis le début de ses déboires, le président du MPDD n’a de cesse de dénoncer la judiciarisation d’une situation politique. Pourtant, lui- même multiplie les procédures, aussi bien sur le plan national que régional.
Dans un communiqué rendu public ce 13 juillet, le collectif des avocats qui assure sa défense, annonce ainsi avoir déposé une requête aux fins de mesure provisoire auprès de la Cour de justice de la CEDEAO en vertu des dispositions pertinentes de l’article 21 du Protocole additionnel (A/SP.01/05 portant amendement du Protocole (A/P1/7/91) relatif à la Cour et des articles 79 à 84 du règlement de la Cour.
Cette requête a pour objet de demander à la Cour, « à titre conservatoire, vu l’urgence, dans l’intérêt d’une bonne administration de la justice pénale et pour éviter des préjudices graves et des dommages irréparables des atteintes aux droits fondamentaux de Monsieur KODJO Messan Gabriel Agbéyomé, d’ordonner à l’Etat du Togo de faire suspendre, provisoirement, la procédure pénale initiée contre ce dernier, à la suite de la levée de son immunité parlementaire dont il considère la procédure irrégulière, au demeurant, violant ses droits de l’homme notamment le droit à ce que sa cause soit en toutes matières entendue équitablement »
Après l’adoubement de Faure Gnassingbé par la communauté internationale à l’issue des résultats définitifs, Agbéyomé Kodjo est isolé diplomatiquement.

Lire aussi:Dernière minute: Agbéyomé a désormais le soutien de la CEDEAO

Il l’est aussi politiquement face au refus des principaux leaders de l’opposition de reconnaître sa prétendue victoire. Pour Jean-Pierre Fabre, « il (Agbéyomé Kodjo) sait lui-même à quel jeu il joue», tandis que Aimé Gogué, un autre candidat malheureux au scrutin du 22 février estime quant à lui « que ces élections ont été d’une telle pagaille qu’il est difficile de désigner qui les a remportées ».
Malgré tout, le député de Yoto veut visiblement continuer à rester au- devant de la scène.
En alimentant un feuilleton dont le dernier épisode est pourtant joué, et en campant le poil-à-gratter du pouvoir en place pour continuer à exister, et ne pas représenter le énième looser de l’histoire de l’élection présidentielle togolaise.

Focus Infos No 253

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.