[Secret de Palais]: enfin, Pascal Bodjona is back !

Il a choisi le quatrième sacre de « Messi » pour officialiser son retour à la maison bleue. Le timing bien choisi. Le moment propice. Après quelques années d’égarement, le natif de Kouméa signe un retour tonitruant au sein de son club formateur. Il lance ainsi le mercato politique qui sera certainement avec des rebondissements inattendus.


Adulé, craint et fin stratège politique, « le ministre grand format » comme le surnomme affectueusement la presse locale, Pascal BODJONA a fait l’une de ses rares apparitions publiques de ces dernières années au côté du chef de l’Etat.

C’était à la cérémonie de prestation de serment de ce dernier. C’est la première fois depuis quatre ans que l’on aperçoit Faure GNASSINGBE et son tout premier directeur de cabinet dans un même périmètre.

A LIRE AUSSI: Qui était vraiment Madjoulba Bitala, le Colonel retrouvé mort ce lundi ?

Qui a bu, boira

Pour les observateurs avisés de la scène politique togolaise, ce retour de Pascal BODJONA au parti UNIR ne surprend guère puisque c’est ce qu’il s’agit. En effet, peu avant la présidentielle, des rapprochements, des contacts avaient été noués et des promesses avaient été faites. D’où le silence de l’ancien porte-parole du gouvernement à soutenir une candidature de l’opposition à cette élection ou à faire lui-même acte de candidature.

Si Pascal BODJONA a gardé silence, tel n’a pas été le cas de ses proches notamment de Cyr ADOMAYAKPOR celui qui est devenu depuis un moment la bouche du ministre. Il a appelé ouvertement à voter pour Faure GNASSINGBE. Mais en privé, le ministre a confié à des jeunes qui l’avaient approché de voter pour le candidat du parti au pouvoir. De ce fait, son retour à la maison après la victoire de son mentor n’est qu’une question de temps. Il est enfin arrivé, le moment pour Pascal BODJONA d’officialiser son retour à la maison bleue.

Faure GNASSINGBE, Kpatcha GNASSINGBE et Pascal BODJONA constituaient le trio infernal du début de la succession dynastique à la tête du pays en 2005. Après l’embastillement du demi-frère du chef de l’Etat dans une affaire d’atteinte à la sureté intérieure de l’Etat, l’ancien ambassadeur du Togo aux Etats-Unis connaitra également des démêlés judiciaires dans une affaire dite d’escroquerie internationale qui lui fera goutter aux affres de la prison.

A LIRE AUSSI: Libération rapide de Kodjo: un cadre de la dynamique déballe tout!

A sa sortie, accusant ses anciens camarades de harcèlement judiciaire, l’ancien ministre de l’Administration après un mea-culpa à la population, rompt avec le pouvoir et annonce qu’il appartient désormais à l’opposition.

« Lorsque vous êtes chassé de votre maison avec au départ des gourdins et que désormais vous avez la certitude que ce sont des flèches empoisonnées qui vont être utilisées contre vous, vous n’avez qu’un seul choix : avoir une hutte ou s’abriter sous le toit de quelqu’un ». C’est par cette métaphore qu’il avait expliqué ce choix. Une déclaration perçue chez ces anciens camarades comme une déclaration de guerre qu’il payera de nouveau par la prison.

A sa sortie de prison bien que clamant « Qu’il soit clair pour tout le monde que comme on ne peut refuser à un menuisier de scier le bois, personne, je dis bien personne, y compris les aberrations judiciaires, ne sauront empêcher mon accès à la scène politique. » « Je vous le dis solennellement : je serai présent dans le débat publique ». Il n’a jamais pu faire son come back. Même une simple candidature au petit poste de conseiller municipal, il n’a pas pu être candidat. Le pouvoir ayant tout verrouillé.

Or, BODJONA ne sait que faire la politique. Il ne peut vivre en dehors du microscome politique. Lui refuser la politique, c’est le tuer. Son engagement politique, depuis la jeunesse lui a permis d’accéder à des fonctions prestigieuses et lui a valu tous les honneurs. Un tel homme qui aime la foule et affectionne le débat contradictoire écarté de ces éléments est un véritable supplice pour lui.

A LIRE AUSSI: [Secret de Palais]: la charogne et les vautours !

A 54 ans, le fils de l’ex commandant de cercle sait que s’il fait le choix de continuer à être dans l’opposition c’est signer sa mort politique. Et c’est en connaissance de cause qu’il a décidé de regagner la maison. Maintenant, la question sera de savoir si les promesses qui lui ont été faites seront tenues. Et quelle place lui concèderont-on au sein de UNIR, parti auquel il ne fait pas partie.

Faut-il croire au retournement de veste des anciens caciques du pouvoir ?

De toutes les façons, ce retrour à la maison mère du « Ministre grand format » tombe au mauvais moment surtout pour Agbéyomé KODJO. A l’instar de Dahuku PERE, tous les caciques du régime qui ont à un moment donné rejoint l’opposition, finissent toujours par regagner leur vieil amour : il est difficile de se séparer des délices du pouvoir surtout si on l’a cotôyé au sommet. Ce qui fait que certains Togolais n’ont jamais cru en la sincérité de l’engagement d’Agbéyomé KODJO.

Togo scoop

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.