RAPAA dresse un tableau sombre de l’usage des stupéfiants au Togo

14

Même sans données officielles sur le phénomène de la part du Comité national anti-drogue au Togo, le phénomène de la consommation et de l’abus de la drogue reste une réalité au sein des communautés togolaises. Et pour le relever, l’ONG RAPAA (Recherche Action Prévention Accompagnement des Addictions) était face à la presse ce jour pour dresser un tableau du phénomène dans notre pays. Et le tableau, il est sombre.

En tout cas, de l’avis de la présidente du Conseil d’Administration de cette ONG (qui avait débuté ses activités en 2013 comme une Association, avant de devenir ONG en 2017), Mme Cathérine Khadija Touré, «  »la situation du Togo est à placer dans un contexte international et sous régional » ». Et le constas est alarmant, «  »le Togo est devenu une plaque tournant de l’Amérique latine vers l’Europe, dans cette économie sournoise qui nous a surpris (canabis, cocaïne..) » ». La drogue, toujours d’après cette dernière est aujourd’hui «  »trouvable très facilement et à un prix abordable » », même au Togo…

A tout prendre, la première responsable du CA de RAPAA dresse un «  »tableau est sombre » » de ce phénomène des Addictions qui est désormais «  »un problème de société et de santé publique qui se généralise, touche autant les couches vulnérables que des personnes physiques » ». Enfin, a-t-elle regretté, «  »une banalisation du phénomène quand certains Etats tendent à le légaliser » », alors qu’aujourd’hui, même les jeunes enfants de 12 ans s’y adonnent.

Quant au Directeur exécutif de RAPAA, Jules Apédinou, il a décliné les actions menées en matière de prévention et communication et l’information, près de divers publics et dans divers lieux dont aussi des établissements scolaires, la prison… et le volet renforcement de capacités et plaidoyer pour former les membres et autres acteurs pour mieux parler de la thématique.

Entre autres actions, il y a les évènements grand public, des campagnes de sensibilisation sur ce phénomène multi-directionnel, la confection de bande-dessinées, des travaux avec des artistes et des enseignants chercheurs de l’UL et sans oublier centre d’écoute constitué de psychologues mis en place par RAPAA pour accompagner les patiens. Justement pour ce qui est de ce centre d’écoute, depuis sa mise en place, 83 patients ont été reçus jusqu’à ce jour et suivis gratuitement.

Outre cette rencontre avec la presse, dans le déroulé de son agenda pour la célébration de cette journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite de drogues 2018, il est prévu des échanges autour de trois communication relative à la consommation de la drogue (ou substance psycho-active) et ses méfaits, une émission interactive sur radio Nana Fm, et une conférence sur le campus de Lomé. RAPAA a à ses côtés, le Comité national anti-drogue.

T228

Source : telegramme228.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here