Prestation de serment: c’est quoi la suite ?

Le  jour  tant attendu  par  Faure Gnassingbé  et  la  minorité  au  pouvoir  est passé ce  dimanche  3  mai,  avec  la  prestation  de  serment.  Le  « champion »  a  donc  terminé  officiellement  son  3e mandat  et  débuté  le  4e.  Pour  le  peuple togolais,  tout  est  comme  une symphonie  inachevée.  Le  vin  est  tiré,  faut-il  le  boire ?  A  quoi faut-il  s’attendre  au  cours de  ce  nouveau  quinquennat  débutant ?


«Devant  Dieu et  devant  le  peuple togolais,  seul  détenteur  de  la  souveraineté populaire,   Nous,   Faure  Essozimna Gnassingbé,  élu  Président  de  la  République conformément  aux  lois  de  la  République, jurons  solennellement   :  de  respecter  et  de défendre  la  Constitution  que  le  Peuple togolais  s’est  librement  donnée;  de  remplir loyalement  les  hautes  fonctions  que  la  Nation nous  a  confiées;  de  ne  nous  laisser  guider que  par l’intérêt  général  et  le respect  des  droits de  la  personne  humaine,  de  consacrer  toutes nos  forces  à  la  promotion  du  développement, du  bien  commun,   de  la  paix  et  de  l’unité nationale;  de  préserver  l’intégrité  du  territoire national ;  de  nous  conduire  en  tout,  en  fidèle et  loyal  serviteur  du  Peuple ». 

C’est  par  cette phrase  indiquée  à  l’article  64  de  la  Constitution togolaise  que  le  « champion »  a  prêté  serment ce  dimanche,  devant  une  assistance  triée  sur le  volet ,  au  cours  d’une  cérémonie  où Aboudou Assouma  a fait des siennes, envoyant des  piques  à  Agbéyom é  Kodjo  et   à  M gr Philippe  Fanoko  Kpodzro.   Le  «  Prince » démarre  ainsi  son  4e   mandat  tant  désiré. C’est  à  contrecœur  que  les  Togolais qui  ont  voté  massivement  pour  l’alternance  à l’élection  présidentielle  du  22  février  2020  et y  croyaient  dur  comme  fer,   ont   suivi  la cérémonie  sur  la  Télévision  Togolaise.

A LIRE AUSSI : Qui était vraiment Madjoulba Bitala, le Colonel retrouvé mort ce lundi ?

Beaucoup  qui  ne  pouvaient  pas  supporter, s’en  étaient  simplement  abstenus.  Qu’à  celane  tienne,  cette  prestation  de  serment  du « Prince »  scelle  de  facto  la  fin  des  espoirs.

Elle  tourne  aussi  la  page  de  l’élection présidentielle  ayant  entrainé  un  contentieux très  vite  évacué  par  le  régime  cinquantenaire en  place  au  regard  du  sort   réservé  à Agbéyomé  Kodjo,  le  « Président démocratiquement   élu ».  Après  quelques semaines  agitées  ponctuées  de  convocations au  Service  central  de  recherches  et d’ investigations  criminelles  (SCRIC), d’encerclements  de  son  domicile,  de  menaces et  de  violences,  le  régime  est  parvenu  à  le bâillonner  le  vendredi  24  avril  dernier  avec sa  libération  sous  contrôle  judiciaire.

 C’est sans  doute  la  mort  dans  l’âme  qu’il  a  aussi suivi  de  loin  ce  que  l’on  peut   appeler  la confiscation  de  sa  victoire  qu’il  réclamait d’ailleurs  et  qui  lui  a  valu  ce  sort.  Il  n’a  même pas  le  droit  d’en  parler,  au  risque  de  prendre la  direction  de  la  prison…

Le  vin  est  tiré…Ce  vin,  même  si  le peuple  est  contraint   de  le  boire,  doit   être indigeste  et  avoir  un  goût  très  amer  dans  la gorge  des  Togolais.  Tout   a  l’air  d’une symphonie  inachevée  car  ces  milliers  voire millions  de  Togolais  ont   vraiment  cru  à l’alternance  avec  cette  présidentielle  du  22 février  2020  et  voté  comme  jam ais  en conséquence.   L’espoir  lui  a  été  d’ ailleurs donné suffisamment au cours du laps de temps qu’a  duré  la  campagne  électorale et  il  y  a  beaucoup  cru.  Mais  hélas.

A LIRE AUSSI: Financement d’Agbéyomé: ces proches du sérail dans le viseur

C’est  une  symphonie  inachevée pour  ce  peuple  qui  souffre  le martyre  depuis  plus  d’ un  demi-siècle  et  espérait   arracher l’alternance  cette  année.  Mais  elle lui  file  encore  entre  les  doigts.

D’aucuns  pensent  qu’elle  est  partie à  jam ais.  Une  chose  est  au  moins manifeste,  c’est  parti  pour  cinq  (05) ans  plus tard,  en 2025  peut-être.  Sur le  terrain  de  la  contestation,  il  risque d’avoir  un  désert  en  face.  Celui  qui devrait  incarner  la  contestation  est bâillonné  et  interdit  de  parler  de  ce scrutin.  Avec  cette  issue,  les  regards se  tournent  désormais  vers  les  cinq prochaines  années,  pas  en  termes d’ espoir.

Le  candidat  du  pouvoir s’ était  employé  à  faire  avaler  au cours  de  la  promesse  électorale  des promesses  de  poursuite  d’une certaine  politique  de  réalisation  et d’inclusion.  C’est  dans  les  mêmes veines  que  le  «  cham pion » entendrait  poursuivre  son  œuvre  à la  tête  du  Togo  durant   le quinquennat  2020-2025,   à  en croire  Malick  Natchaba,  le  Délégué Général  du  M ouvement  des  jeunes Unir  (MJU).  Il  parle  de gouvernance concertée  et   de  réponses  « concrètes  »  aux  besoins  des populations. 

« Déjà  la  campagne électorale  a  démontré  la  dynamique dans  laquelle  le  Président   va inscrire  son  mandat.   C’est   une dynamique  de  proximité.  Cela  veut dire  que  Président  de  la République  a  développé  une proximité  avec  les  populations,  pour recueillir  ce  dont   elles  ont  besoin, mais  aussi  pour  que  chacun  puisse à  son niveau  se  préparer  à  faire  des propositions  concrètes  (…)  A  travers la  gouvernance  concertée,  le  Chef de  l’État  veut  une  concertation  au plus  près  des  besoins  pour  pouvoir apport er  des  réponses  »,   a-t –il laissé  entendre  samedi  dernier,  sur une  radio  de  la  place.  

Malick Natchaba  déclare  que  la  «  volonté de développer  le pays reste  la même et  sera  poursuivie  par  le  Chef  de l’Etat  »,  parle  de  concrétisation  des projets  de  développement  dans  les secteurs  de  l’ énergie,   de l’ agriculture,   de  la  santé  et  de l’éducation,  et  surtout  de  création d’emplois  grâce  à  une  dynamique de  partenariat  public-privé.  De  bien jolis  mots,  mais  il  s’agit  des  nièmes de  Faure  Gnassingbé  depuis  son intrusion  fracassante  au  trône  en 2005.

A LIRE AUSSI: Sérail: cet envoyé du Pape qui mène la vie dure à Faure au Vatican

En  termes  de  respect de  ses  engagements,  les  Togolais ont  suffisamment   éprouvé  la sincérité  de  leur  interlocuteur  avec qui  ils  cheminent  depuis  quinze  ans. Le  bonheur,  cela  fait  quinze ans  que le  « Prince »  le  leur  promet.  Mais  à l’épreuve  du  terrain,  rien  de  concret.

Cela  ne  devrait  donc  pas  changer avec  le  quatrième  mandat  débuté ce  dimanche  3  mai  2020.  Violation de  la  Constitution,  mascarades d’élections,  non-respect  des  droits des  citoyens,  assassinats  politiques, impunité  des  crimes…voilà  les  maux sur  le  plan  politique.   La  gestion économique  n’est   pas  meilleure avec  les  fléaux  connexes : détournement   de  deniers  publics, accaparement   des  ressources nationales,  malversations  diverses.

Pendant   que  la  minorité  pille  les richesses  du  pays  et  en  dispose  à des  fins  personnelles,  le  peuple  est laissé  dans  l’indigence  totale.   Ce sont   les  signes  particuliers  de  la gouvernance  Faure  Gnassingbé  et elle  n’est   pas  près  de  changer. Durant   ce  nouveau  mandat ,  les Togolais  sont  simplement  contraints de  support er  une  fois  de  plus  un régime  qu’ ils  ont  vomi  mais  qui s’ impose  à  eux  par  les  élections frauduleuses  et  la  force,  qui  les martyrise  depuis    un  demi-siècle.

Liberté No 3139

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.