Père Affognon : « Il faut qu’on arrête cette bipolarisation de la vie sociale au Togo »

139
Père Affognon : « Il faut qu'on arrête cette bipolarisation de la vie sociale au Togo »

Le Mouvement des Forces Vives « Espérance pour le Togo » est souvent taxé d’organisation société civile proche de la coalition des 14 partis de l’opposition. Gilbert Bawara, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative, est l’un des chantres de ces arguties.

Intervenant ce vendredi matin dans l’émission Actu Débat sur la radio Métropolys, le Père Affognon, porte-parole du Mouvement Espérance pour le Togo, a tenté de répondre à ses détracteurs.

L’homme de Dieu a affirmé clairement que l’engagement de son mouvement va au-delà de celui des partis qui animent la scène politique au Togo.

« Pour nous, au Mouvement Espérance pour le Togo, il n’est pas possible d’être dans un véritable processus démocratique en laissant le champs complètement libre aux politiques. C’est vrai qu’un parti politique s’engage pour le bien des populations. Sinon sa raison d’être n’a pas de sens. Mais la différence entre le politique et le citoyen, c’est qu’en réalité, le politique va défendre un programme, va chercher à conquérir le pouvoir pour exercer.

Et dans l’exercice, si le politique n’est pas contrôlé, si le politique ne se tourne pas vers le citoyen, facilement on peut aller vers une tyrannie. C’est-à-dire qu’on ne fait plus la volonté du peuple, mais la volonté, soit d’un individu, soit d’un parti politique. Donc nous, notre engagement va au-delà des partis politiques, voilà pourquoi on nous traître de société civile de la C14 », a déclaré le Père Pierre Marie-Chanel Affognon.

A en croire le prêtre Catholique, aucune société civile digne de ce nom ne peut prétendre porter les aspirations profondes du peuple sans chercher à communiquer avec les politiques.

« Nous à l’Espérance pour le Togo, nous pensons mêmes qu’à l’heure où nous parlons, si la Coalition nous invite, nous irons. Nous avons même demandé à rencontrer les responsables du parti UNIR au moins trois fois », a-t-il fait savoir.

Selon Père Pierre Marie-Chanel Affognon, la vie politique togolaise est formatée à telle enseigne que les adversaires politiques sont perçus comme des ennemis.

« Par exemple, si tu partages la vision du parti UNIR, on ne doit jamais te voir avec quelqu’un de la C14. De même si tu partages la vision de la C14, on ne doit jamais te voir avec UNIR. Mais en fait, la vision réelle du peuple, c’est que chaque citoyen puisse vivre et bien vivre, et que la qualité de vie pour tous soit vraiment une réalité. Et donc nous, en tant que société civile, personne ne peut nous empêcher de rencontrer les acteurs. Pourquoi on ne nous a pas critiqué quand on rencontré la Cédéao ?

Il faut qu’on arrête cette bipolarisation de la vie sociale au Togo. On ne peut pas continuer comme cela, la société civile doit avoir la liberté d’aller vers les acteurs politiques qui ne sont pas des ennemis et de leur ramener les aspirations profondes du peuple. Le peuple veut vivre dans le bonheur. Et cette qualité de vie ne peut pas être bloquée parce que les acteurs politiques ne veulent pas se parler », a conclu le porte-parole du Mouvement Espérance pour le Togo.

Godfrey Akpa

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here