Home Société Nouvelle grâce présidentielle de Faure : une énième diversion ?

Nouvelle grâce présidentielle de Faure : une énième diversion ?

0
502
Faure-Gnassingbe-look-style.jpg

Le monde carcéral togolais a connu des mouvements en cette fin du mois de mars 2023. Quelques 352 prisonniers ont recouvert leur liberté par grâce présidentielle. Dans son communiqué, le ministre en charge de la Justice a indiqué qu’il s’agit de la mise en œuvre du processus de désengorgement des prisons. Seulement la période choisie pour exercer cette prérogative met en exergue la constante politique de diversion du Chef de l’Etat togolais.

La dernière libération de prisonniers par grâce présidentielle remontait à fin octobre 2022 dont le décret N°2022-109/PR avait pris soin de détailler la liste des bénéficiaires. Quelques 6 mois après, le ministre de la Justice du Togo a révélé que ce 31 mars 2023, le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé permet à plus de 350 détenus de sortir du milieu carcéral. Contrairement à au décret d’octobre 2022, celui de mars 2023 portant grâce présidentielle ne mentionne pas l’identité des bénéficiaires.

Cette omission de publication des identités des « graciés », à l’analyse, n’est pas anodine. Elle s’inscrit dans un objectif de diversion savamment orchestrée. En effet, depuis plusieurs mois déjà, de nombreuses voix s’élèvent pour la libération de toutes ces personnes incarcérées en raison de leurs opinions et choix politiques. Cette libération serait un sérieux signe de Faure Gnassingbé en vue de la décrispation du climat politique togolais.

C’est dans ce contexte que les Togolais ont été surpris d’apprendre que le 23 mars dernier, l’un des prisonniers les plus connus, en la personne de Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du Chef de l’Etat, incarcéré depuis 2009, a subitement été prié de rejoindre le Gabon : évacuation sanitaire pour les uns, éloignement d’un danger sécuritaire et politique ou encore tentative de conciliation entre les frères Gnassingbé, pour les autres. Une chose est sûre et certaine, Kpatcha Gnassingbé ne pouvait quitter le territoire togolais sans une décision du Chef de l’Etat en sa qualité de 1er magistrat de la nation.

Aussi pourrait-on se demander si le prisonnier Kpatcha Gnassingbé bénéficie à présent d’une faveur spéciale de son demi-frère ? Ainsi pour dissiper toute idée de favoritisme, il a été vraisemblablement décidé de libérer quelques autres détenus au Togo d’où le décret du 31 mars dernier portant grâce présidentielle.

La diversion est d’autant plus fragrante qu’il aurait été très simple de détailler la liste des bénéficiaires de cette dernière grâce de Faure Gnassingbé afin que les Togolais puissent aisément vérifier si des noms comme le Commandant Abi Atti, Colonel Dontéma, OMOLOU Jean Paul et autres, y figurent. Mais ce n’est pas le cas.

Aux dernières nouvelles, l’ancien ministre de la Communication, DJIMON Orè, condamné en 2021 et dont il reste à peine un mois à purger, ferait partie des “graciés”.

Avec Icilome

Source : Togoweb.net