Nouveau mandat: Faure Gnassingbé, « demi-dieu » !

Dans  les  satrapies  africaines,  la glorification  souvent  excessive  des  dirigeants est  érigée  en  norme.  La  fonction présidentielle  est  sacralisée  et  le  président érigé  en  émule  de  Dieu,  omnipotent, omniscient.  Obnubilés par  le  pouvoir,  certains dirigeants  brillent   plus  par  leurs comportements  ubuesques  et mégalomaniaques  que  par  leur  intelligence politique  et  leur  sens  du  devoir.


Tout  flatteur  vit  aux dépens  de celui  qui l’écoute.  Le  phénomène  du  culte  de  la personnalité  est  si  poussé  en  Algérie  que  le nouveau  président  Abdelm adjid  Tebboune a  décidé,  le  21  avril  2020,  de  mettre  fin  à l’usage  de la  formule  « sur  orientations et  sur instructions  du  président  de  la  République».

A LIRE AUSSI: Libération rapide de Kodjo: un cadre de la dynamique déballe tout!

Tous  les  ministères  et  grandes directions ont  été  instruits  de  l’interdiction  de cette  formule  qui,  selon  la  présidence algérienne,  consacre  le  culte  de  la personnalité.  Le  porte-parole  de  la présidence  a  transmis  une série  d’instructions à  ses  collègues  des  différents  ministères  dans le  sens  de  la  désacralisation  de  la  fonction présidentielle.

« Si  je  réussis,  aidez-moi  et encouragez  moi,  et  si  j’ai  failli,  corrigez-moi. Le  culte  de  la  personnalité  est  révolu  dans l’Algérie  nouvelle »,  a  martelé  Abdelm adjid Tebboune  en  décembre  2019  lors  de  sa prestation  de  serment,  interdisant  par  la même  occasion  que  le  terme  « Son excellence »    ne  précède  plus  son  nom   et prénom .

Il  faut  remonter  en  Europe  de  l’Est, notamment  en  Ukraine  pour  assister  à  la démystification  de  la  fonction  présidentielle. Elu  en  avril  2019,   le  nouveau  président ukrainien,  Volodymyr  Zelensky,  41 ans,  s’est rendu  à  la  cérémonie  d’investiture  à  pied, prenant  la  liberté  de  « checker »  et  de  faire des  selfies  avec  ses  partisans  le  long  du parcours.

A LIRE AUSSI: Bras de fer avec Agbéyomé: Bodjona a choisi le camp de Faure

Plus  bouleversant,  alors  qu’ailleurs, certains  dirigeants  mégalomanes  aiment  voir figurer  leur  image partout,  sur  des  casquettes, des fanions,  des  bracelets,  etc.,  le  président ukrainien,  lui,  a  demandé  aux  fonctionnaires de  ne  pas  accrocher  son  portrait  dans  leur bureau. « Je ne veux vraiment pas mes photos dans  vos bureaux,  car  le  président  n’est  pas une  icône,  mais  un  serviteur  de  la  nation.

Accrochez  les photographies  de  vos  enfants et  regardez-les  dans les  yeux avant  chacune de  vos  décisions »,  leur  a  lancé  Zelensky.

Au  Togo,  classé  deuxième  dictature  au monde derrière  la  Corée  du Nord  à  juste  titre, le  culte  de  la  personnalité,  la  flatterie  servile, l’excès de zèle  sont  particulièrement  très forts. Ces  vices  et  t ares  régissent  les comportements  des cadres  et  autres  commis de  l’Etat.   La  formule  « sur  instructions personnelles  et  fermes  du chef  de l’Etat »  est présente  dans  tous  les  discours  et  Premier ministre,  ministres,  directeurs…s’y  adonnent à  cœur  joie.  Toutes  les  tribunes  sont  des occasions  rêvées  pour  se  fondre  de  façon systématique  et  intempestive  en  flagornerie pour  le  fils  du  père.

A LIRE AUSSI: Agbéyomé voulait improviser une prestation de serment

Le  zèle  laudateur  de  certains  ministres actuels  de Faure  Gnassingbé est  tel  qu’il  n’y a  qu’une  seule  limite  qu’ils  ne  sont  pas à  franchir pour  l’instant  à  savoir  celle de  proclamer  leur  « cham pion »  comme  le seul  et  légitime  représentant  de  Dieu  sur terre…

Médard  AMETEPE

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.