[Alerte]: la prison d’Atakpamé déjà touchée par le Coronavirus

L’alerte a été lancée par l’Association des Victimes de Tortures au Togo (ASVITTO). Dans un communiqué publié dimanche dernier, l’association révèle que des cas de Coronavirus ont été détectés à la prison civile d’Atakpamé.


 L’association met en garde le  gouvernement  contre  son refus  de  faire  appliquer  les recommandations  de  l’Observatoire International  Pénitentiaire  (OIP)  et du  Sous-Comité  des  Nations  Unies pour  la  prévention  de  la  torture relatives  à  la  lut te  contre  la pandémie  de  Corona virus.

A LIRE AUSSI: « Coronavirus même a peur de Faure Gnassingbé »

Lire le communiqué d’ASVITTO :

L’ Association  des Victimes  de  Tort ures  au  Togo (ASVITTO)  vient  d’être  alertée  par des  sources  bien  informées  que deux  détenus  de  la  prison  civile d’Atakpamé  (situé à  150  km  au nord de  Lom é)  auraient  été  détectés positifs  au  coronavirus  après  avoir été  évacués  au  CHR  d’Atakpamé suite  aux  m alaises  qu’ils  auraient eus  dans  la  prison.

Pour  rappel,  dans  ses publications datant  du 20  mars  et  du 4  avril  2020,  l’ ASVI TTO  at tirait l’ attention  des  autorités gouvernementales  en  les  invitant  à prendre  des  mesures  efficaces  en vue  de  protéger  les  prisonniers contre  la  pandémie. 

A  cet  effet, l’ ASVI TTO  invitait   l’Etat particulièrement  à  s’exécuter  dans la  mise  en  œuvre  des  dispositions d’ anticipation  raisonnables notamment  à  prendre  en  compte  les recommandations  du  Sous-Comité des  Nations  Unies  pour  la prévention  de  la  torture  (SPT)  et  de l’ Observatoire  International Pénitentiaire  (OIP)  concernant  tous les  lieux  de  privation  de  liberté.

A LIRE AUSSI: [Secret de Palais]: Talon ne voulait pas de 4e mandat pour Faure

Il  a  été  clairement notifié  que  «  chaque  prison constitue  un  foyer  épidémiologique en  puissance »  et  demandé l’ encellulement   individuel  comme seule  mesure  « à  même  d’assurer des  condit ions  de  confinement acceptables  afin  de  prévenir  la propagation  de  l’épidémie  et garantir  la  dignité  des  personnes détenues. »

Eu  égard  à  l’ urgence sanitaire  de  l’heure,  l’Observatoire a  demandé  que  seules  les personnes  « condamnées  dans  le cadre  d’affaires  terroristes  ou  pour  des  violences  domestiques  »  ne peuvent  bénéficier  des  mesures  de « libération  anticipée ».

Il  faut   not er  que  le gouvernement  a  interdit  toutes  les visites  aux  détenus  dans  les  prisons civ iles  du  Togo  depuis  le  13  avril 2020  et  il  n’ existe  aucun  contrôle crédible  et  impartial  d’évaluation  de l’ action  gouvernementale  sur  les nombreux  prisonniers  d’opinion  à l’heure  actuelle.

A LIRE AUSSI: Jeune tué à Adakpamé: le général Yark reconnaît enfin la bavure

L’ASVITTO  exprime  sa consternation  et  sa  vive  inquiétude par  rapport  au  danger  qui  entoure les  condit ions  inappropriées  et inadaptées  des  prisons  du  Togo  en cette  période  sanitaire  délicate. C’est  pourquoi,   elle  invite  encore une  fois,  le  Chef   de  l’Etat  à  une bonne  dose  d’humanisme  pour  faire libérer  un  nombre  conséquent  de prisonniers  conformément   aux recommandations du SPT et de l’OIP.

Fait à Lomé, le 3 mai 2020

Pour l’ASVITTO

Le Président

M.  ATCHOLI  KAO  MONZOLOUWÈ

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.