MCC : La controverse d’un financement de 35 millions de dollars au pouvoir de Faure Gnassingbé

97

Jonathan Nash Acting Chief Executive Officer, MCC @https://www.mcc.gov/about/profile/bio-jonathan-nash

« En ce qui concerne le Togo, le Conseil est encouragé par la possibilité d’un dialogue inclusif comme moyen de résoudre l’impasse politique actuelle, et continuera à suivre les développements sur le terrain avant de prendre une décision sur le programme de seuil proposé », décision du conseil d’administration du Millenium Challenge Corporation le 19 décembre 2017. Alors que ledit dialogue piétine, les Américains débloquent ce 03 Avril 2018, l’équivalent de près de 20 milliards de F CFA pour l’administration de Faure Gnassingbé.

« Je suis heureux d’annoncer l’approbation par le Conseil d’administration du MCC du programme Threshold pour le Togo », atteste dans un communiqué du 03 Avril signé de Jonathan Nash, le PDG par intérim du MCC. Le communiqué du MCC précise que ce financement vise l’amélioration de l’accès des citoyens à Internet et Technologies de communication en faveur des « zones mal desservies », mais aussi veut favoriser « l’accès des femmes et des jeunes aux droits fonciers ».

Ce sont des domaines, selon le MCC, s’ils sont stimulés, représentent un vecteur de croissance économique en vue de réduire la pauvreté.

MCC et réformes politiques et institutionnelles :

Selon le communiqué, la technologie de l’information et de la communication et le régime foncier au Togo sont deux « contraintes critiques » et nuisibles à la croissance économique du Togo, d’où leur ciblage pour un démarrage de réformes « plus tard cette année ».

MCC et climat socio-politique au Togo : Manifestations et mesures correctives

Le conseil d’administration du MCC dit avoir « pris note des événements préoccupants de la fin de 2017 en l’occurrence la réponse du gouvernement face aux manifestations ». Le MCC se dit « encouragé par les mesures correctives prises par le gouvernement pour rétablir la protection des libertés civiles, le conseil a ordonné au MCC de continuer à suivre de près, l’engagement du Togo vis-à-vis des critères d’éligibilité du programme. Le MCC s’attend à ce que tous ses partenaires nationaux restent attachés à la gouvernance démocratique, ce qui inclut des garanties de liberté d’expression, d’état de droit et de participation politique ouverte pour tous ».

Une décision qui sera brandie comme un trophée de guerre par Faure Gnassingbé

Dans les états-majors du parti de Faure Gnassingbé, la décision sonne comme un trophée de guerre et le communiqué passera en boucle à la télévision nationale TVT et les activistes du régime n’attendent que la version française du communiqué pour envahir les réseaux sociaux. Au Togo, MCC veut dire Etats-Unis et donc obtenir un financement des Etats-Unis dans le contexte politique actuel veut dire que le système contesté de Faure Gnassingbé obtient le soutien du gouvernement américain. Même s’il y a d’autres paramètres, qu’un citoyen lambda ne comprendra pas.

Quelle transparence sur la gestion des fonds ?

En décidant d’octroyer 35 millions de dollars à un régime qui a fait verser du sang de plus 500 citoyens avant de prendre le pouvoir et continue d’exterminer Hommes et enfants pendant la gouvernance, nombreux se demandent si l’Amérique de la liberté et des droits de l’Homme est toujours la même ?

Alors qu’un seul ministre de Faure Gnassingbé a réussi à gommer par un tour de magie 26 milliards de F CFA du contribuable alloués à la réfection de la route Lomé-Vogan-Anfoin, et qu’il continue de s’afficher milliardaire tranquillement sans être inquiété par la justice, le MCC dont l’un des crédo reste la bonne gouvernance, se fait le plaisir de décrocher 35 millions de Dollars du contribuable américain pour un pouvoir qui vient de se faire livrer courant mars 2018, des hélicoptères de guerre.

Et un financement qui plus est, vise l’amélioration d’un secteur qui selon l’entendement des Américains, semble le plus prioritaire pour l’économie. Et pourtant, un crédit de 25 millions de dollars était déjà passé par là, pour un certain réseau E-gouvernement. Une somme astronomique investie, mais il est toujours impossible d’envoyer un seul mail dans les cabinets de certains ministères alors que Cina Lawson disait avoir raccordé plus 500 bâtiments publics à la fibre optique.

On revient à la case départ, l’impossible transparence dans la gouvernance de Faure Gnassingbé. Financer toute réalisation sous ce système, revient à tous les coups, à lui donner un moyen de se perpétuer au pouvoir, puisqu’à l’heure actuelle, Faure Gnassingbé est à la quête d’un bilan pour défendre son 4ème mandat.

Fait-on 4 mandats d’affilé aux USA ? Sinon, pourquoi continuer à financer des régimes à plus de deux mandats ?

D’autres diront que la constitution américaine n’est pas la même qu’au Togo. Et pourtant…

A. Lemou

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here