L’UNPO dénonce les arrestations des militants du Togoland

L’Organisation des Nations et des Peuples non représentés (UNPO) a annoncé ce vendredi 15 juillet 2022, avoir soumis un examen périodique universel au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies intitulé “la répression par le Ghana des militants de l’autodétermination dans l’ouest du Togoland”.

“Cela fait suite à notre soumission au Groupe de travail sur la détention arbitraire sur le cas de M. George Nyakpo et d’autres militants partageant les mêmes idées de la Homeland Study Group Foundation (HSGF), soumis à des arrestations arbitraires et à des cycles de libération conçus pour les intimider”, l’organisation a déclaré dans un communiqué publié vendredi.

Le HSGF a été fondé par feu Charles Kome Kudzorzi pour plaider en faveur d’une révision de la légalité du plébiscite qui a accordé le Togoland occidental à la Gold Coast (aujourd’hui le Ghana).

La soumission à l’Examen périodique universel a souligné que le gouvernement ghanéen avait l’intention de criminaliser les militants de la HSGF en les accusant fréquemment de trahison ou de crime, en les arrêtant arbitrairement et en interdisant leurs manifestations.

“Les autorités ghanéennes ont fusionné les actions des militants de la HSGF avec celles du Western Togoland Restoration Front, un groupe dissident distinct qui a commis plusieurs actes de violence liés au blocage des routes dans la région”, a expliqué l’UNPO.

La même source a indiqué que les autorités ghanéennes ont refusé d’informer les détenus tels que M. Nyakpo des accusations portées contre eux malgré la loi ghanéenne les obligeant à le faire dans les 48 heures.

Après sa libération, M. Nyakpo a été informé par le procureur qu’il serait immédiatement arrêté et remis en détention s’il parlait publiquement ou assistait à des réunions liées à la question du Togoland occidental.

« Il s’agit d’une violation flagrante non seulement des normes ghanéennes mais internationales des droits de l’homme concernant les arrestations et détentions arbitraires. La liberté d’expression a également été violée par le simple fait d’arrêter HSGF pour avoir porté des vêtements célébrant une déclaration d’indépendance symbolique en 2017. », déplore l’ONG basée à La Haye, aux Pays-Bas.

L’UNPO est une organisation internationale créée pour faire entendre la voix des nations et des peuples non représentés et marginalisés dans le monde entier. Elle a été fondée le 11 février 1991.

Source : icilome.com