‘L’UFC n’a pas une conception figée de la politique’

59

L’Union des forces du changement (UFC, opposition) a renoncé à siéger à la Commission électorale. Le fauteuil vaquant a été attribué à la coalition de l’opposition.

Une décision qui devrait permettre de faire évoluer la situation politique, a expliqué vendredi Isaac Tchiakpé, le conseiller du leader de l’UFC.

Les opposants réunis au sein de la C14 demandaient le départ de l’UFC en raison de sa proximité supposée avec le pouvoir. Il est reproché au parti de Gilchrist Olympio de participer depuis 8 ans au gouvernement.

Republicoftogo.com : L’annonce du départ de la Céni a été une surprise

Isaac Tchiakpe : Nous avons volontairement  accédé à la demande du président ghanéen Akufo Addo (l’un des médiateurs de la Cedeao, ndlr) qui s’est entretenu avec le président Gilchrist Olympio mercredi.

Nous avons toujours manifesté notre volonté de faire en sorte que la feuille de route fixée par la Cedeao soit scrupuleusement respectée. Nous sommes et restons cohérents dans notre démarche.

Nous allons maintenant nous atteler à préparer le prochain scrutin.

Republicoftogo.com : Et pourtant l’UFC avait donné l’impression de vouloir se maintenir à la Commission électorale 

Isaac Tchiakpe : La politique est quelque chose de dynamique, c’est conjoncturel. Si certains considèrent que c’est une victoire, nous la leur concédons. La vie est une bataille comprenant des victoires et des défaites. 

L’UFC n’a pas une conception figée de la politique. 

Nous militons pour un Togo tolérant. Le pays a besoin d’un renouvellement de sa classe politique.

Il faut des gens qui incarnent la culture de l’ouverture et du compromis ; ce qui fait défaut aujourd’hui.

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here