« Les journalistes togolais meurent dans un dénuement total…», dixit Blaise Yao Amedodji

Mardi, le Directeur Général de la radio Taxi FM, Blaise Yao Amedodji alias Blaisot, dénonçait la désunion des professionnels des médias au Togo. Un facteur qui est à l’origine de nombre de maux dont souffrent les hommes et femmes qui appartiennent à cette corporation.

« Les journalistes togolais ne sont jamais ensemble, et je ne sais pas s’ils le pourront un jour (…) Nous tous on est inquiet qu’on n’est pas ensemble. Mais que faire ? Personne ne prend des dispositions ni des dispositifs pour que nous puissions vivre ensemble, chacun pour soi », s’est plaint Blaise.

Pour la circonstance, le journaliste tenait ces propos lors du lancement officiel de l’association Apprenons à vivre ensemble (AVE). Une structure qui entend lutter contre les maux qui minent la cohésion sociale sur le territoire togolais.

Étant lui-même professionnel de média, Blaisot n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoter en quelque sorte, les travers de certains de ses collègues journalistes.

« Si c’est pour sacrifier l’autre pour que j’aie ma maison, ma voiture, le journaliste togolais est prêt à le faire. Des gens qui ont cette mentalité rétrograde et qui veulent gagner seuls, comment pourriez-vous vivre ensemble ? », a-t-il marqué.

Et de poursuivre : « Si nous les journalistes togolais, cherchons chacun pour soi, on ne pourra jamais évoluer (…) Les journalistes togolais meurent dans un dénuement total et ça n’émeut personne. C’est le jour d’enterrement ou à la veille funèbre que tu vois les gens compatir. Mais juste après, ils oublient pourquoi nous mourons dans le dénuement ».

Pour finir, Blaise Yao Amedodji a conseillé aux siens, l’union car dit-il, « pour gagner des batailles, il faut être uni ».

Source : icilome.com