La réponse de Brigitte Adjamagbo-Johnson au Secrétaire général de l’ONU

Le Secrétaire général de l’ONU, le Portugais Antonio Guterres, a appelé les acteurs politiques togolais au dialogue. Brigritte Kafui Adjamagbo-Johnson, présidente du Combat pour l’alternance en 2015 (CAP 2015) lui réexplique le contexte togolais.

Sur une radio privée de la place hier dimanche, l’opposante togolaise souligne, en ce qui concerne une nouvelle discussion opposition-régime UNIR, que son camp est prêt pour un nouveau dialogue.

Toutefois, rappelle-t-elle, les nombreux dialogues qui se sont déroulés jusqu’à présent n’ont rien donné, le pouvoir en place ayant toujours usé du dialogue. Le cas de l’Accord politique global (APG) est illustratif de la mauvaise foi du régime cinquantenaire. Signé il y a 11 ans, ce document souffre toujours de son application.

La Secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) insiste sur l’union de l’opposition et de la détermination du peuple pour que les réformes constitutionnelles et institutionnelles se fassent et que le Togo s’ouvre à l’alternance.

A.H.

www.icilome.com