La coalition à pieds d’oeuvre pour la libération des 26 manifestants arrêtés à Accra

26 personnes ont été arrêtés à Accra le samedi 28 octobre dernier lors du meeting organisé par les Togolais résidant au Ghana, pour demander le départ de Faure Gnassingbé.

Un malentendu s’était produit entre les organisateurs de la manifestation et les autorités en charge de la sécurité au Ghana, samedi dernier. Il s’agit de l’autorisation du meeting d’Accra que malheureusement certaines de ces autorités ont cru interdit.

Dans la foulée, 26 personnes ont été interpellées et présentées au Parquet hier à Accra. « C’est au moment où les organisateurs étaient sur place qu’on s’est approché d’eux pour leur dire que vous n’avez pas reçu d’autorisation pour organiser cela. Mais le responsable à l’organisation a dit à la police qu’ils ont reçu une autorisation en bonne et due forme, mais qu’elle se trouvait avec une personne qui n’est pas encore venue sur les lieux. Quelque temps après, un camion bourré de gendarmes est arrivé. C’est la débandade. Beaucoup de personnes sont partis, et c’est ceux qui sont restés sur les lieux qui ont été embarqués, même les filles qui vendaient du « pure water » ont été arrêtées », a indiqué Me Paul Dodji Apévon, président des FDR, membre de la coalition.

Un avocat a été constitué pour leur défense. « Nous allons nous organiser rapidement pour leur venir en aide. Nous allons appeler pour savoir ce qui a été décidé au Parquet hier », a-t-il ajouté.

Il s’agit, à en croire Me Dodji Apévon, d’un malheureux incident à Accra le samedi dernier.

I.K

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.