Kossi Ténou, Directeur Togo BCEAO : « Le FCFA est une monnaie enviée de par le monde »

1888
Togo

Les 16 et 17 février derniers se sont déroulés à Bamako (Mali), les états généraux sur le Franc CFA. Ces assises organisées par l’économiste togolais Kako Nubukpo, a été l’occasion pour les participants de réfléchir sur les modalités de sortie du franc CFA et des solutions de remplacement. D’éminentes personnalités, économistes surtout, ont participé aux travaux de ces états généraux.

Et comme la problématique de sortie de cette monnaie coloniale cristallise l’actualité avec la mobilisation des activistes en Afrique, dans le monde et même au Togo, des manifestations sont programmées ce week-end dans plusieurs pays africains et au Togo.

Le but de ces manifestations, c’est d’exiger la souveraineté monétaire des 14 pays africains de la zone franc par la suppression ou l’abolition de la présente monnaie coloniale utilisée il y a plus d’un demi-siècle, la fin de la Françafrique et l’ingérence rocambolesque de la France dans les affaires de l’Afrique et le déblocage des faramineuses réserves financières déposées au Trésor public Français.

Cependant, cette mobilisation contre le Franc CFA n’est pas du goût des responsables de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Lors d’une conférence de presse organisée à Lomé hier, la Direction de cette institution a voulu apporter certains éléments de réponse sur le Franc CFA, surtout sur les mécanismes des réserves d’échanges.

« Le Franc CFA que nous utilisons est une monnaie qui est un héritage de l’époque coloniale, mais qui a été africanisée. Une monnaie aujourd’hui qui est envié de par le monde, qui est une monnaie solide qui assume parfaitement les fonctions qu’une monnaie doit assurer, en particulier la fonction des réserves de valeurs et donc de stabilité des prix », a indiqué Kossi Tenou, Directeur Togo de la BCEAO.

Pour lui, les réserves d’échanges (critiquées par Kako Nubukpo) appartiennent à l’institution. Elles permettent donc à la « BCEAO de faire face aux dépenses externes ». Une politique qui a permis à la banque de réaliser un taux de croissance de 6%.

Or l’ancien ministre de la Prospective et des Politiques publiques, Kako Nubukpo, lors de ses interventions, a toujours critiqué ces réserves qui dévalorisent le Franc CFA. Mais pour Kossi Tenou, ce sont des arguments non fondés.

« Nous avons échangé à plusieurs reprises avec Kako Nubukpo qui a reconnu lui-même que ses déclarations sont souvent non fondées et qu’il y avait méconnaissance de sa part. Le Gouverneur de la banque centrale a d’ailleurs tenu personnellement à le rencontrer et à échanger avec lui. M. Kako l’avait remercié pour lui avoir donné des informations sur le fonctionnement du mécanisme du FCFA », a souligné le Directeur Togo de la BCEAO.

A l’en croire, si Kako Nubukpo continue de soutenir qu’il faut sortir du Franc CFA, c’est qu’il n’est pas de bonne foi.

Faut-il le rappeler, la manifestation contre le FCFA se tient ce samedi à Lomé devant l’ambassade de France.

I.K

Source : www.icilome.com

1 COMMENTAIRE

  1. Kossi Tenou la honte à toi,
    Cette Monnaie le franc CFA est une malédiction pour nos Pays.
    Tu as quoi; on ne veux plus de franc CFA.
    Afrique Débout, fini la FranceAfrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here