Interview-Kokouvi Dzifa Galley : «Cette capacité de Hangbè à se surpasser dont sa nature profonde l’a dotée m’a conquis »

L’écrivain togolais Kokouvi Dzifa Galley a répondu à trois questions d’icilome relatives à ‘’Hangbè’’ sa nouvelle pièce de théâtre publiée aux éditions Unicité. L’auteur est fasciné par cette héroïne des temps anciens.

Parlez-nous un peu de votre nouvelle pièce de théâtre ‘’Hangbè’’

Hangbè est ma nouvelle pièce de théâtre. Ce texte a bénéficié du cadre de deux résidences d’écriture : La Chartreuse – CNES du 08 avril au 15 mai 2019 – Centre Culturel de Rencontre – Programme Odyssée – ACCR – avec le soutien du ministère de la Culture et La Cité Internationale des Arts de Paris du 4 janvier au 28 mars 2020 grâce au programme Trame de l’Institut Français.

Le livre est publié aux Editions Unicité en France. L’artiste plasticien togolais contemporain Kokou Ekouagou a réalisé l’illustration en couverture du livre. Je le remercie pour notre belle collaboration !

Qu’est-ce qui vous a poussé à s’intéresser à Hangbè, une ex-reine de Danxomè ?

À la disparition du roi Akaba qui est son frère jumeau, Hangbè se doit de porter la destinée de son peuple et de faire face tout à la fois aux invasions et à l’hostilité d’une société à dominance patriarcale. Voilà la sève de mon nouveau livre.

Hangbè est une femme comme on en trouve peu ! Le déclic, le moment de sa vie qui m’a poussé à m’intéresser à son histoire, au point de vouloir en faire une pièce de théâtre, et au comble, à lui donner toute la scène, dans un monologue, c’est bien sa réaction quand dans un complot ourdi, on (l’assassin n’est jamais très loin) fait assassiner son fils. Quelle réaction ! Cette capacité à se surpasser dont sa nature profonde l’a dotée m’a conquis.

Comment réagit-elle face à l’assassinat de son fils ?

Nous sommes entre 1708 et 1711, Hangbè, avec son armée de femmes, les Amazones, libère le Danxomè des invasions tout en faisant face à une hostilité d’une société à dominance patriarcale. Elle est en pleine puissance mais ne réagit pas quand on fait assassiner son fils ! Il aurait suffi d’un geste pour que ses Mino (les Amazones) réagissent promptement à cet affront ! Mais contre toute entente Hangbè abdique ! C’est cela la profondeur de la force ! Toute autre réaction est faiblesse !

Pour le dramaturge que je suis, ce personnage est doté d’une qualité dramaturgique exceptionnelle et constitue ainsi un cadeau pour l’acteur qui incarnera ce rôle !

Source : icilome.com