Impasse politique au Togo: nouvelles révélations de la Lettre du Continent

Le président Togolais Faure Gnassingbé pourrait bénéficier de l’aide du médiateur de la République béninoise Albert Tévoédjrè pour la résolution de crise politique qui secoue le Togo depuis trois mois déjà.

Selon des révélations du magazine Lettre du Continent, l’ancien ministre Béninois se serait proposé comme médiateur entre Faure Gnassingbé et l’opposition togolaise.

Figure politique très respectée dans son pays, celui qui est surnommé le « renard de Djrègbé » serait donc attendu dans la capitale togolaise dans les prochaines heures pour négocier une rencontre entre Faure Gnassingbé et l’opposition togolaise. Outre le poste de ministre qu’il a occupé au Bénin, le professeur Albert Tévoédrè a également été président de l’Association des médiateurs de la république de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA).

L’annonce de cette médiation intervient au moment où la situation semble dégénérer dans la capitale togolaise. Selon les organisations de la société civile togolaise, quatre personnes auraient perdu la vie depuis le début de la semaine dans les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants de l’opposition à Lomé et à Sokodé (au centre du pays).
Des violences condamnées par la Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie Michaëlle Jean.

« Rien ne peut justifier ces affrontements. Nous pensons aux victimes, aux familles endeuillées, au climat général de peur et de colère. Il faut impérativement privilégier le dialogue en toutes circonstances. (…)Toute la Francophonie s’inquiète et se mobilise face à cette situation qu’il faut à tout prix résoudre », a écrit Michaëlle Jean dans un communiqué publié ce mercredi.

Début octobre, une première mission de médiation envoyée par l’OIF dans la capitale togolaise avait été réfutée par l’opposition à cause de Mme Aïchatou Mindaoudou qui devait conduire la délégation.

« C’est la personne de Aïcha Mindaoudou que nous ne voulons pas rencontrer. Nous n’avons rien contre l’Organisation internationale de la Francophonie, notre problème, c’est Aïchatou Mindaoudou. Nous savons tous le rôle qu’elle a eu à jouer en 2005 », avait déclaré Georges William Kouessan, dont le parti est membre de la coalition.

CamerounWeb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.