Gerry Taama à propos des tilapias importés et contaminés par le TiLV

0
398

Gerry Taama à propos des tilapias importés et contaminés par le TiLVEn début de semaine dernière, les autorités togolaises ont pris un arrêté interministériel interdisant l’importation et la commercialisation des Tilapias suite à une alerte donnée par la FAO. Néanmoins, l’on peut consommer les tilapias produits au Togo, précise le communiqué. Se prononçant sur le sujet, Gerry Taama du Nouvel Engagement Togo (NET) estime que « c’est une occasion rarissime de faire du bon protectionnisme, à la seule condition que la production locale réponde présent. Autrement, on peut allez se coucher sur nos histoires de souveraineté alimentaire ». Lire l’intégralité de la tribune!

Il aurait fallu presque une année après l’alerte donnée par la FAO sur le virus mortel affectant le tilapia (virus de lac du tilapia (TiLV)) pour que les autorités togolaises se résolvent à en interdire l’importation. Certes, l’agent pathogène de cette maladie ne présente aucun risque pour l’homme, mais de mai 2017 à avril 2018, ça fait presque une année tout de même. Ceci est d’autant plus curieux que depuis cette alerte, presque tous les pays limitrophes ont pris des mesures d’interdiction d’importation de ce poisson. Le Bénin, le Burkina Faso, la Cote d’Ivoire. Le Ghana lui, l’avait interdit depuis fort longtemps.

Au final, que faut-il penser de cette mesure? Ne nous y trompons pas, cette mesure de contingentement est une belle occasion de faire du protectionnisme sans faire hurler les agents de l’OMC. L’interdiction d’importation du tilapia, tout en encourageant les consommateurs à se rabattre sur la production locale, est une aubaine pour les pisciculteurs du cru, si et seulement si ils réalisent trois conditions:

Primo, il faut que la production nationale supplée l’importation. Ce qui est loin d’être le cas. En 2017, nous avons importé environs 1777 tonnes de tilapias, contre une production locale de 160 tonnes environs, soit moins de 10% des importations. La production locale ne pourra donc pas combler le gap généré par l’interdiction.

Secondo: Que les coûts de production permettent de mettre sur le marché un produit sensiblement du même prix que les produits importés. Ce qui est impossible. Le prix de l’aliment pour poissons est trop élevé au Togo, et est exclusivement importé. Ceci génère un coût de revient du poisson plus élevé que celui importé. Le kilo du tilapia importé gravite autour de 1500 F, alors que les tilapia locaux sont à 2200/2500 F. Difficile de suivre.

Tertio, la qualité du produit. Les tilapia élevés localement dépassent que très rarement les 300g, avec une moyenne s’établissant autour 500g. On peut les grossir à 1kg, mais difficile dans ce cas de retomber sur son investissement. Or les tilapia importés sont bien gros (800g à 1kg) et qui dit gros, dit plus de chair. Là aussi, la production locale n’est pas à son avantage.

Donc, la mesure d’interdiction des tilapias risque de détourner un certains nombres de friands de ce poisson, vers d’autres espèces, mons chères, plus grosses. Le fait que tous les pays limitrophes en aient interdit l’importation va restreindre la contrebande, mais les trafiquants trouvent toujours des moyens pour passer entre les mailles du filet. Il est aussi à craindre que l’interdiction suscite une crainte liée à la consommation de ce poisson.
En attendant, je crois que tous le monde vas se rabattre sur le traditionnel « Salomon= maquereau » pour consommer du poisson braisé.

La solution serait la mise en place d’un cluster halieutique, avec l’installation d’une petite usine de production d’aliments de poissons à partir de produits locaux, et des subventions massives étalées dans le temps aux pisciculteurs. Des sociétés comme Lofty Farm, Nodis fish et Agrifarm gagneraient à être solidement soutenues, tout comme d’autres producteurs plus petits.

C’est une occasion rarissime de faire du bon protectionnisme, à la seule condition que la production locale réponde présent. Autrement, on peut allez se coucher sur nos histoires de souveraineté alimentaire.

Gerry

Réagissez:  http://www.africatopforum.fr

TogoTopInfos.com