France-Togo / Politique d’ici et d’ailleurs : Jean Yves Le Drian et la question du faux

Débarqué du gouvernement, l’ex chef de la diplomatie française Jean Yves Le Drian n’est pas au bout de ses peines, car tiraillé par la justice malienne et l’opposition togolaise, respectivement dans le cadre d’une enquête sur l’« atteinte aux biens publics et autres infractions » à Bamako, et à Lomé, sur une accusation de « faux et usage de faux » de la DMK. Au Togo, il s’agit, en effet, de la « lettre de félicitation » du président Emmanuel Macron à son homologue togolais, Faure Gnassingbé qui continue de faire débat, tant la DMK n’a cessé de crier au « faux » et bien plus au « scandale » en analysant des documents officiels de la République Française.

Fin mars 2020, une lettre signée du président français Emmanuel Macron circulait sur les réseaux sociaux, actant la reconnaissance de la victoire de son homologue togolais au terme du scrutin présidentiel du 22 février 2020. Document sur lequel se sont fondés plusieurs journaux locaux et internationaux dont la Radio France Internationale (RFI) pour titrer sur les félicitations de l’Élysée au président Faure Gnassingbé pour sa réélection. Mais patatras, candidat de la DMK à cette présidentielle, l’ancien Premier ministre togolais, Agbéyomé Kodjo qui persiste et signe être le vrai vainqueur du scrutin, soutient que la lettre de félicitations en question est un « fake ». « C’est un faux document produit par des faussaires qui roulent naturellement pour le pouvoir de Faure Gnassingbé », a-t-il indiqué avant de parler d’« un vrai scandale diplomatique », en jugeant « le comportement de UNIR (parti au pouvoir, ndlr) », de « très grave ».

Donnant plus de détails, Agbéyomé fonde son argumentaire sur la signature en bas de page de la lettre qui circulait sur les réseaux sociaux, soutenant que celle-ci est totalement différente de la signature officielle du président français. « Mon équipe et moi ferons le travail nécessaire pour qu’enfin la vérité éclate… ce nième mensonge ne passera pas », avait-il conclu à l’époque.

On en était là quand le député Sébastien Nadot vient briser la glace, une année après la naissance de la polémique sur la fameuse lettre de félicitations de Macron à Faure.

Sébastien et la quête de la vérité…

Député français, Sébastien Nadot se tient dans son combat pour la vérité des urnes après la présidentielle du 22 février 2020 au Togo. Ainsi, il n’a cessé d’acculer Jean Yves Le Drian, ministre français des affaires étrangères sur l’authenticité et les raisons sous-tendent ladite lettre.

Le 16 février 2021, Sébastien Nadot, le député des Hautes Garonne de la Commission Affaires étrangères à l’Assemblée Nationale Française a adressé un courrier à Emmanuel Macron pour demander un « démenti officiel de la part de l’Élysée vis-à-vis de la fausse lettre de félicitations » au président Faure Gnassingbé (confer fac-similé). Mais l’Élysée a brillé par un silence assourdissant au grand dam du député Nadot et du peuple togolais, car Emmanuel Macron n’a daigné répondre au courrier à lui adresser. Mais contre toute attente, à la faveur de la visite officielle du président Faure Gnassingbé à l’Élysée le 9 avril 2021, le chef de la diplomatie française Jean Yves Le Drian est sorti de plus d’une année de mutisme pour affirmer que le président Emmanuel Macron a bien envoyé une lettre de félicitations à son homologue Faure Gnassingbé dans le cadre de sa réélection à la magistrature suprême et que ce genre de courrier relève de la courtoisie internationale.

Non convaincu par une telle réponse, Sébastien Nadot est revenu à la charge pour interpeller Le Drian aux fins de mettre à sa disposition une copie dudit courrier. Dans son refus, le ministre Le Drian s’est enfermé dans une argumentation dont l’analyse des termes qui la fondent, consacrent le « doute » d’après plusieurs.

Le Drian et la réponse d’aveu…

Dans sa question à M. Le Drian, M. Nadot lui rappelait qu’il n’y a « nulle trace de ces félicitations adressées au nom de la France à M. Faure Gnassingbé, ni sur le site de l’ambassade de France au Togo, ni sur celui de France diplomatie, ni sur celui de l’Elysée comme il en est d’usage en pareilles circonstances ». Et le ministre Le Drian de répondre « qu’il n’est pas d’usage de diffuser la correspondance entre chefs d’État ». Or, du moment où la lettre de félicitations qui circulait sur les réseaux sociaux, est contestée par l’opposition togolaise, notamment la DMK qui accusait le gouvernement de Faure Gnassingbé de « faux et usage de faux », l’idéal ─ pour dissiper tout doute et des collusions suspectes ─ serait de rendre publique la lettre de félicitations que détient le gouvernement français pour faire foi et taire toute polémique. Mais que nenni !

Ainsi, pour beaucoup, le refus de Jean Yves Le Drian de rendre publique leur lettre cache un loup. Car, sur le site de l’Elysée, du président Nicolas Sarkozy à Emmanuel Macron, en passant François Hollande etc. plusieurs lettres de félicitations adressées aux chefs d’Etat s’y trouvent.

Pour preuve, le 23 mars 2021, l’Elysée a publié sur son site, l’entretien téléphonique qu’a eu le président Macron avec son homologue nigérien, Mohamed Bazoum à la suite de sa victoire à la présidentielle au Niger. « Le Président de la République s’est entretenu avec M. Mohamed Bazoum, nouveau Président de la République du Niger dont l’élection a été validée dimanche 21 mars par la Cour constitutionnelle du Niger. Il lui a présenté, ainsi qu’à la nouvelle représentation à l’Assemblée nationale installée le 22 mars dernier, tous ses vœux de succès et a félicité le peuple nigérien pour cette transmission pacifique du pouvoir qui revêt un caractère historique dans l’histoire du Niger », peut-on lire sur le site de l’Élysée.

C’est croire que l’ex ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian ne dit pas la vérité quand il déclara « qu’il n’est pas d’usage de diffuser la correspondance entre chefs d’État ». Quoiqu’au téléphone, l’entretien entre Macron et Bazoum sont connus du monde, car publiés sur le site de l’Élysée. C’est ce qui rajoute une couche au débat de « faux et usage de faux » que ne cesse de dénoncer depuis des années, Agbéyomé et ses camarades de la DMK.

…continuer pour que l’alternance devienne une réalité

Publiant le 31 juillet dernier sur son compte twitter, le courrier question-réponse de l’Assemblée nationale française sur la lettre de félicitations, Agbéyomé, en targuant Macron et Faure, écrit : « Voilà une pièce à conviction du SCANDALE que vous couvrez. Condamné par la Cour de justice de la CEDEAO, Faure Essozimna Gnassingbé refuse de s’exécuter. Pendant ce temps, le Prélat de 92 ans exilé, l’Elu en cachette. Soyons humains et dignes ». Ainsi s’inscrit-il dans la logique du Prof. David Dosseh, premier responsable du Front Citoyen Togo Debout qui, dans l’élan de la contestation des résultats de la présidentielle 2020, disait : « …nous allons continuer à œuvrer pour que l’alternance démocratique devienne une réalité et que nous puissions aussi voir s’installer une vraie démocratie ».

Quant à Sébastien Nadot, il s’est lui indigné de l’opportunité de la lettre de félicitations à Faure Gnassingbé, s’interrogeant sur les informations ou les résultats qui sous-tendent à une telle éventualité dans un contexte où, aux premières heures de la fermeture des bureaux de vote, plusieurs formations politiques et celles de la société civile dont le Front Citoyen Togo Debout ont publiquement reconnu « la victoire de la DMK ».

D’ailleurs, dans son communiqué du 28 février 2020, le Front Citoyen Togo Debout qui regroupe près d’une vingtaine d’organisations de la société civile togolaise avait appelé « le peuple togolais à se mobiliser pour défendre la victoire de Agbéyomé ». Cette organisation faîtière de la société civile reviendra plus tard dans son communiqué du 12 mars 2020, appeler « tous les candidats à l’élection présidentielle du 22 février 2020 à la solidarité pour la défense de la vérité des urnes et de l’alternance au Togo car, la victoire est collective ». Puis dans un autre communiqué, celui du 31 mars 2020, le Front Citoyen Togo Debout a vivement déploré l’hypocrisie de la France et de l’Allemagne et surtout de l’Union Européenne à l’annonce des messages de félicitations au chef de l’Etat togolais pour son 4è mandat. « Nous apprenons maintenant, par les ondes de la Radio France Internationale (RFI) que la France, l’Allemagne et l’Union Européenne ont adressé au chef de l’Etat des messages de félicitations pour son 4è mandat… Des Etats comme la France, l’Allemagne et surtout une institution comme l’Union Européenne, qui proclament que les droits de l’homme sont leurs valeurs fondamentales, ne viennent-ils pas encore faire le choix de la dictature ? Pourquoi un tel mépris envers le peuple togolais et les peuples africains en général ? », s’interroge le Prof. David Dosseh.

Pour ce qui concerne Agbéyomé Kodjo, exhumant l’aveu d’un émissaire de Faure Gnassingbé, il dit : « Son émissaire, M. Atcha Adedji a été dépêché auprès de moi pour me suborner afin de trahir la sacralité du vote du Peuple togolais et la Souveraineté nationale. Par ailleurs, il se rendit chez un membre du Comité des Sages de la DMK pour le solliciter de me convaincre d’accepter l’offre présidentielle », qui est « une valise » et le poste « Premier ministre », précisait Agbéyomé.

Au demeurant, en déroulant tout le film de la présidentielle du 22 février 2020 dont la lettre de félicitations de Macron à Faure n’est qu’un épisode, beaucoup n’hésitent à croire Agbéyomé dans sa démonstration du « faux ».

Xavier Agbeve

Source : Liberté / libertetogo.info

Source : 27Avril.com