Esclavage en Libye: Antonio Guterres se dit ‘horrifié’

« L’esclavage n’a pas de place dans notre monde ». C’est en ces termes que le secrétaire général de l’Onu a ouvert sa conférence de presse relative à la question de la vente de migrants comme esclaves en Libye. Antonio Guterres s’est dit horrifié par des images vidéo diffusées par les médias, et montrant des pratiques d’esclavage en Libye.

« Je suis dégoûté par ces actes odieux et j’appelle toutes les autorités compétentes à enquêter sans délai sur ces activités, et à traduire les auteurs en justice. J’ai demandé aux acteurs pertinents des Nations Unies de suivre activement cette question », a-t-il affirmé, avant de poursuivre : « Ce sont des violations flagrantes des droits de l’homme qui peuvent constituer des crimes contre l’humanité ».

Antonio Guterres a demandé à chaque nation d’adopter et d’appliquer la Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée, ainsi que son protocole sur la traite des personnes. Il a également exhorté la communauté internationale à travailler ensemble pour combattre ce fléau.

En rappel, c’est un camerounais, connu sous le pseudo de John Dahl Carter, qui a initié la lutte contre ces pratiques avec une série de vidéos publiées sur sa page Facebook. La chaîne de télévision américaine Cnn a par la suite diffusé ces images qui montrent des migrants africains vendus aux enchères en Libye, ce qui a déclenché une indignation générale.

Le service de communication de l’Onu affirme néanmoins que ces faits avaient déjà été décriés par l’organisation, notamment à travers le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. Il aurait dénoncé la détérioration des conditions de détention des migrants en Libye, qualifiant leurs souffrances d’ « outrage à la conscience de l’humanité ». C’était au cours d’une conférence de presse donnée il y a quelques semaines à New-York.

CamerounWeb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.