Home Economie Économie : la BAD au soutien des collectrices de karité

Économie : la BAD au soutien des collectrices de karité

0
408
Collectrice-de-karite.jpg

Les collectrices de Karité du Togo et du Burkina Faso vont bénéficier d’un appui de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de l’Alliance Globale du Karité, pour le développement de leurs activités, à hauteur de 1,4 million $.

En effet, l’AGK et la BAD ont signé un accord de financement pour un projet de résilience climatique dans les deux pays. Le projet de deux ans, intitulé « Vers des communautés de karité résilientes au climat au Togo et au Burkina Faso », vise à réduire la vulnérabilité climatique de 7500 femmes collectrices de karité et de leurs communautés (plus de 30 000 personnes) en augmentant les revenus générés par des activités comme le karité et l’apiculture et en améliorant les pratiques de gestion des parcs dirigés par les communautés.

Pour cette initiative, l’AGK a reçu de la banque panafricaine, une subvention du Fonds Africain pour le Changement Climatique, à hauteur de 996 700 $, qui sera complétée par une contribution de 400 000 dollars de l’AGK elle-même, pour un financement global d’environ 1,4 million $.

Sur la période des deux ans, le projet comprendra des formations sur le développement coopératif et la gestion des affaires, des équipements de conservation pour les coopératives de karité, des formations à l’apiculture et à la gestion des parcs, ainsi que des formations sur la plantation d’arbres et la régénération naturelle.

« Ce projet au Togo et au Burkina Faso renforcera la résilience des communautés et aidera à s’attaquer aux causes profondes des inégalités entre les sexes et aux impacts du changement climatique dans la zone du projet. La lutte contre les inégalités de genre est au cœur de la lutte contre le changement climatique en Afrique. », a indiqué Rita Effah, coordinatrice de l’ACCF (Africa Climate Change Fund) à la BAD, dans le cadre de l’initiative.

« Alors que l’AGK fait beaucoup pour atténuer ces problèmes et diversifier les sources de revenus des femmes dans le karité, nous sommes heureux d’obtenir plus de soutien à travers ce projet et de travailler avec le Groupe de la Banque africaine de développement pour fournir des solutions adaptées et transformatrices de genre pour la résilience climatique. », confie pour sa part, Simballa Sylla, président de l’AGK, se réjouissant de ce partenariat.

Pour rappel, l’AGK est une organisation mondiale de producteurs de karité qui vise à améliorer les conditions de vie des producteurs de karité en Afrique de l’Ouest et à promouvoir l’utilisation durable de cette ressource. La BAD est une institution financière panafricaine qui œuvre pour le développement économique et social de l’Afrique. Dans la foulée, l’AGK a lancé une série d’appels d’offres pour le recrutement de prestataires dans le cadre de ce projet.

Ce soutien de la BAD s’annonce quelques jours seulement après l’inauguration au Togo d’une usine de transformation de karité d’une valeur de 1,8 milliard de FCFA dans la préfecture de Zio.

Avec Togo First

Source : Togoweb.net