Duel avec Faure : comprendre le silence d’Agbéyomé

Il n’est jamais trop tard de se remettre en cause face aux vicissitudes de la vie et aux contingences politiques auxquelles l’on n’est parfois contraint. Les leaders de l’opposition ont cette tendance à s’ériger en donneurs de leçons face à une situation politique donnée.

Dans leur recherche effrénée de conquérir le pouvoir à tout prix même par des moyens illégaux, ils perdent parfois le sens de discernement qui devrait être le maitre mot chez un homme politique.

A LIRE AUSSI:Formation du prochain gouvernement : les raisons du suspens

Le cas de Kodjo Agbeyome qui s’est donné le vilain luxe de réclamer mordicus une victoire lors du scrutin présidentiel du 22 février 2020 est illustratif de ces hommes politiques qui manquent assez de tact.

La politique reste aux politiciens et ne vient pas en politique qui veut mais qui peut avoir les moyens de sa politique pour convaincre le peuple. Or dans le cas d’espèce des leaders de l’opposition au Togo, on a comme l’impression que ceux-ci ne maitrisent pas ce pour quoi ils se sont engagés sur ce terrain aussi glissant et truffé d’embûches.

A LIRE AUSSI: Togo: Faure Gnassingbé annoncé en fuite

Que comprendre du comportement peu orthodoxe d’Agbeyome Kodjo qui a clamé haut et fort être le gagnant de l’élection présidentielle passée ?

Un homme politique de la tempe d’Agbeyomé Kodjo devrait avoir un peu de conscience pour comprendre que lorsqu’on avance une chose, il faut pouvoir l’assumer.

Mais telle une obsession, Agbeyomé s’est fait berner par un prélat sans orientation aucune qui a fini par le mettre dans un gouffre sans fin. Aujourd’hui face à son propre destin, qu’est-ce

A LIRE AUSSI: Sérail: une intime de Faure doit plus de 3,5 milliards à la BSIC

Agbeyome peut encore dire aux Togolais à qui il avait dit : ” vous votez pour moi le matin, je vous apporte la victoire à midi” ? Telle une fourberie ou de l’irréalisme, l’ancien premier ministre Gabriel Agbeyomé a pensé qu’en réclamant une prétendue victoire, le pouvoir allait lui être offert sur un plateau d’or.

Jusqu’à ce jour où nous revenons sur ce sujet qui a fait couler beaucoup d’encres et de salives, le sieur Agbeyomé n’a pu sortir des chiffres rassurants de sa victoire pour les confronter à ceux donnés par l’institution qui tranche en dernier ressort. Ça s’appelle de l’amateurisme politique d’un homme qui a pourtant eu la chance d’occuper des postes de responsabilité dans ce pays.

Agbeyomé et sa dynamique ont organisé des tapages médiatico-politiques sans pour autant arriver à convaincre. In fine, ils se sont retrouvés devant le juge sans aucun argument solide.

A LIRE AUSSI: Tribunal: business et guerre de positionnement autour du dossier Agbéyomé

Mais la clémence du juge d’instruction a permis de les relâcher assorties de conditions qui les obligent à être à la disposition de la justice si les circonstances le demandent.

Que reste-t-il de cette dynamique qui ânonnait être le véritable gagnant ?

Visiblement rien. Faure Gnassingbé a prêté serment depuis le 3 mai dernier. Ce qui suppose que la page de l’élection présidentielle du 22 février 2020 est définitivement close.

Que peut encore faire Agbeyomé Kodjo devant la loi? C’est à croire qu’il a perdu son latin devant l’évidence. Cette déconvenue de l’ancien président de l’assemblée nationale et ses congénères doit amener l’opposition dans son entièreté à tirer des leçons et à se mettre en rang de bataille pour des élections futures.

Nouvelle opinion

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.