Décidément On Se Cache pour Être Togolais!

0
148

La Finale de la CAN 23 en côte d’ivoire a affiché un ballet de Jets privés à l’aéroport international Félix Houphouet Bouagny d’Abidjan: avec les images en illustration, le Courrier du Maire en a compté:

  • 105 du Nigeria,
  • 60 d’Afrique du Sud,
  • 30 du Ghana,
  • 10 de la Côte d’Ivoire,
  • 1 du Burkina Faso.

Au total 206 jets sur le tarmac. Sacré belle affaire pour l’aéroport en termes de frais de parking et de services au sol. C’est aussi l’expression de la qualité, de l’ambition et la vision dans la réalisation des infrastructures dans un pays.

Bravo à la Côte d’Ivoire et aux hommes d’affaires d’Afrique. Mais gare au Togolais qui, s’il existe, va se présenter là avec son Jet. S’il est fils du pays vivant ailleurs, la monarchie va s’informer sur lui. Il va être ramené sur terre, il va être aligné et à la rallié à la triste cause du régime, sur la vision de la dictature ou il va être détruit au pire des cas. S’il vit au pays, le lendemain de cette CAN, on lui envoie un redressement fiscal ou le SRI pour en savoir sur ses sources de revenus. Je crois qu’il faut relever cet aspect de l’Afrique des dictatures patrilinéaires. Il faut faire ressortir aussi que pour le Togo de la gestion villageoise de la République, les dirigeants détestent l’agréable. Je suis foncièrement contre Wattara pour le gangstérisme politique dont il a fait preuve contre mon pays et sa propension a être l’éternel porte voix des negres de la maison pour le colon. Mais, qu’on l’aime ou pas, il a construit son pays, et c’est l’objectif d’un dirigeant. Ses détracteurs diront qu’il ne continue que ce que les autres ont commencé, d’accord. Mais nous constatons qu’au Togo un fils ne peut même pas sauvegarder ce que son père a commencé. Encore moins imprimer sa touche personnelle. Tous les jours, l’État ne fabrique que de la pacotille dans les infrastructures publiques.

Je défie nos autorités togolaises, l’argent que ce monsieur a utilisé pour construire les infrastructures de cette CAN, on peut déposer la même chose aux mains de Mr Faure Gnassingbé, il ne peut pas construire deux stades homologués. Si quelqu’un peut démontrer le contraire, le débat est ouvert. La machine est trop corrompue au Togo pour que les gens arrivent à réaliser quelque chose d’agréable et d’ambitieux. Et le mauvais exemple vient d’en haut. Le poisson pourrit par la tête. Ce n’est pas autant la victoire de la côte d’ivoire sur le Nigéria qui nous importe. C’est leçon à tirer de l’événement qui, du haut de notre citoyenneté togolaise, nous importe .

Big UP à Watara,  »qui travaille à l’hôtel vit de l’hôtel, mais ne détruit pas l’hôtel ». Ici, c’est l’exact contraire. Le maître d’hôtel se fait Hara-Kiri avec son hôtel. Si un élément indépendant s’en sort bien parallèlement, soit on l’aligne, on lui met à genoux où on le détruit. Il veut montrer quoi? C’ est de la pure sorcellerie politique au Togo. Impossible de vivre avec une ambition au Togo, on vit juste pour ne pas mourir. Il faut se cacher pour être Togolais. Finalement on a honte de son identité, les filles et fils du pays cachent et noient cette honte identitaire dans l’exil. Les fils et filles du pays qui vivent a l’extérieur sont plus nombreux que ceux qui vivent au Togo, c’est l’unique cas en Afrique. Tous les jours les cadres de l’administration, de banque, voire des politiques vendent leurs biens pour quitter le pays. Les jeunes qui y vivent n’attendent que la moindre occasion pour partir. Tout est bon pour déplacer définitivement un Togolais de son pays vers ailleurs. Chaque sujet d’intérêt public est un sujet de mécontentement, d’affrontement, d’énervement de tension. Bientôt les élections, elles feront encore un lot de dégâts. Les accompagnateurs qui y croient encore, y participeront. Les débats politiques font plus de morts que les catastrophes naturelles. L’avenir est en pointillé, rares sont les jeunes qui y vivent parce qu’ils ont choisi, c’est fauxte de choix. C’est parce qu’ils n’ont pas encore trouvé une occasion pour partir. On se cache pour être togolais, les autres exhibent leur nationalité. Être un Togolais devient de plus en plus une honte devant les autres citoyens. Dans tout ceci, si un président construit son pays, donne de la joie à son peuple, aide ses citoyens a affirmer leur identité, il faut lui tirer un chapeau. Ce que Wattara a réalisé dans le cadre de cette CAN, même si on le transplantait par magie au Togo pour juste en confier la garde aux Autorités, elles ne pourront pas entretenir, ça va se détériorer, les infrastructures seront méconnaissables, si nos dirigeants, au pire des cas n’ont pas mis ça en nantissement pour prêter de l’argent auprès des banques arabes. Oui, Watara a endetté le pays, d’accord. On y voit un peuple fière de sa dette, de son identité, les terrains qui défient les meilleurs stades d’Europe, les boulevards, les travailleurs sont de vrais salariés. Au Togo, on travaille pour trouver de quoi se déplacer pour se rendre au travail. L’Eldorado est un lointain rêve pour le fils du pays. Ils faut tenir les peuples asservis de façon à ce qu’ils ne débattent et ne réfléchissent qu’autour du pain quotidien. Au Togo, il n’y a d’ Eldorado que pour les exilés politiques déstabilisateurs chez eux. La dette ivoirienne a une image, la dette togolaise a sevi à quoi? Big UP à la côte d’ivoire.

Pour ceux qui étaient surpris de notre soutien à la côte d’ivoire du début à la fin de cette fête du football, cette CAN, vous avez la réponse.

Abi-Alfa

Source: Le Rendez-Vous / lerendez-vous.tg

Source : 27Avril.com